Pont de pierre

Mise à jour le 29/03/2024

50 mois et 50 millions d'euros pour sauver le pont de pierre, véritable emblème du patrimoine bordelais.

Vue du pont de pierre avec un tramway

Pont-de-Pierre Doustin 2022

© Didier Doustin

Construit sur ordre de Napoléon 1er entre 1810 et 1822 , le pont de pierre est un élément remarquable du patrimoine bordelais tant par ses dimensions (487 m de long sur 19 m de large) qu'au regard des prouesses techniques qu’il a fallu dépasser à l’époque pour le réaliser.

Son emplacement, notamment, est un vrai défi technique, le courant de la Garonne y étant particulièrement fort.

Il montre aujourd'hui, plus de 200 ans plus tard, des signes importants de fragilisation. 

Il convient dorénavant de lancer dans les meilleurs délais des travaux profonds pour : 

  • stopper le phénomène de tassement d'une part ;
  • restaurer le pont qui est inscrit à l’inventaire des monuments historiques, d'autre part. 

1822

Année de son inauguration

487

mètres de long

17

arches et 17 piles

En 2017, le pont de pierre a é té le premier édifice de cette envergure dédié aux mobilités douces et aux transports en commun en France.

Les fragilisations constatées

Bicentenaire, l'édifice est marqué par l'usure et s'enfonce chaque année davantage dans la vase, sous l'effet de son propre poids. 

  • Les piles non confortées (pile 7 à pile 16) se tassent ainsi de plusieurs millimètres par an, ce qui pourrait fragiliser à terme les voûtes. qui pourraient occasionner à terme des anomalies de comportement des voûtes. 
  • Des dégradations notables de la maçonnerie sont constatées par suite d’une défaillance de l’étanchéité de surface et du système d’évacuation des eaux de pluie, ce qui engendre des infiltrations d'eau généralisées. 
  • Des défauts sur la carapace sous-fluviale génèrent quant à eux des risques d’affouillement.

Les travaux curatifs envisagés

Des travaux de grande envergure doivent donc être réalisés rapidement pour : 

  • assurer la pérennité de l'ouvrage ; 
  • réduire les vitesses de tassement des piles non renforcées ; 
  • restaurer "l'esthétique" du pont en tant qu'ouvrage d'art inscrit à l’inventaire des monuments historiques. 

Ces travaux démarreront à l'été 2025 et dureront un peu plus de 4 ans. 

Les travaux seront réalisés dans un ordre précis, selon une succession d’opérations alliant conservation du patrimoine et technologies de pointe :

  1.  Ceinturage des piles. 
  2.  Consolidation des fondations des piles P7 à P16 avec fonçage de 16 micropieux par pile soit, au total, 160 micropieux à insérer dans l’ouvrage. Ces micropieux seront forés depuis la surface du pont, traverseront la structure du pont et s’enfonceront sur plus de 9,5 m dans les marnes (les roches sédimentaires au fond du fleuve). 
  3.  Réfection intégrale du système d’étanchéité et d’assainissement de l’ensemble du tablier du pont. 
  4.  Protection des pourtours des piles par la pose de gabions. 
  5.  Restauration patrimoniale de l’ouvrage.

16 micropieux (2*8) sont à insérer sur chacune des 10 piles non encore confortées, soit au total 160 micropieux à insérer dans l’ouvrage.

Schéma du positionnement des micropieux du pont de pierre

Maquette-Pdp-Renforcement-670x788-.jpg

© Bordeaux Métropole

Schéma du positionnement des micropieux du pont de pierre

Des conditions de chantier exceptionnelles 

Ce chantier titanesque nécessitera de mettre en place des techniques spécifiquement adaptées :

  • au challenge que représente la conduite de tels travaux dans un environnement extrême, les courants de la Garonne étant non seulement très forts au droit des piles, mais s'inversant aussi en fonction de la marée. 
  • à un marnage quotidien de plusieurs mètres.

Calendrier et coût

La durée des travaux de restauration du pont de pierre est estimée à 4 ans, hors restauration patrimoniale. Ils débuteront à partir de 2025 après l’ouverture du pont Simone-Veil et les opérations de requalification du pont Saint-Jean, pour offrir des franchissements opérationnels entre les deux rives de la Garonne. 

L’enveloppe budgétaire prévue est évaluée à 50 millions € TTC. Le calendrier des travaux sera affiné au 2e semestre 2024. Les modalités de circulation seront établies par phase de chantier.

Actualités sur le même thème

Affiche orange du Bus Express avec date du lancement au 1er juin 2024 et carte du parcours des arrêts

BusExpressLancement_AnnoncesPresses_FormatsWEB_V2_Site Web 1883x1340 px.png

à la une

Mise en service du bus express Saint-Aubin de Médoc – Gare Saint-Jean le…

Déplacements

La ligne G, première ligne de bus express de la métropole, démarre…

Une main dessine un plan de ligne de métro (photo générée par l'IA sur Adobe Firefly)

Une-main-dessine-un-plan-de-lignes-de-metro-sur-une-table-1880x1343.jpg

© Adobe Firefly (photo générée par l'IA)

Mains dessinant un plan de métro

à la une

Une étude prospective sur la faisabilité d’un métro

Déplacements

Bordeaux Métropole a lancé une étude prospective sur la faisabilité d…

vue de synthèse de la future gare ferroviaire à Talence avec des piétons, un train qui passe et le tram.

actus_medoquine-pem.png

Vue de synthèse de la future gare ferroviaire

à la une

Lancement des travaux à la gare Talence-Médoquine

Déplacements

Ce mois d'avril 2024 marque le début des travaux du pôle d'échanges…