Gestion des cours d'eau

Mise à jour le 23/10/2023

Bordeaux Métropole gère environ 250 km de cours d’eau. Depuis fin 2020, elle applique une gestion différenciée sur la végétation des berges de certains cours d’eau. L’objectif ? Restaurer l’équilibre écologique des sites tout en maintenant leurs usages. 

Les cours d’eau dans la métropole

370 km de cours d’eau traversent le territoire de Bordeaux Métropole. Une partie est souterraine et invisible notamment dans le centre de Bordeaux. Les 250 km en surface sont gérés par les services de Bordeaux Métropole. 

Les bords des cours d’eau sont des milieux riches en biodiversité mais fragiles, qui présentent une végétation propre aux rivières, la ripisylve.  

Les caractéristiques de ce type de végétation 

  • localisation : dans la zone frontière entre la terre et l’eau. 
  • composition : strates étagées, depuis les espèces herbacées au ras du sol jusqu’aux plus grands arbres. 
  • étendue : bande d’une largeur maximum de 10 m.

Une gestion en faveur de la renaturation des berges

La ripisylve joue un rôle essentiel dans le maintien de l’équilibre entre les différentes espèces végétales et animales présentes aux abords des rivières.  

Ses principales fonctions : 

  • stabilisation des berges et lutte contre l’érosion, 
  • protection contre les inondations par dissipation des ondes de crues, 
  • préservation de la qualité de l’eau par fixation des polluants, 
  • diversification des habitats au profit de la faune locale (insectes, oiseaux, petits mammifères, amphibiens…), 
  • limitation des espèces invasives par régulation de la température de l’eau, 
  • restauration des continuités écologiques terrestres et aquatiques, 
  • constitution de « corridors de fraîcheur », 
  • requalification paysagère et plus-value esthétique. 
Shema des mesures mises en place dans le cadre de la gestion différenciée des berges. Replantations de certains tronçons, talus et lit laissée en reprise de végétation.

Gestion-differenciee-berges.jpg

Schéma de la gestion différenciée de berges

La ripisylve nécessite donc une attention et un entretien tout particuliers, via des techniques dites de gestion différenciée. Citons le fauchage sélectif, la réintroduction de plantes, une surveillance approfondie... grâce auxquelles la nature retrouve sa place. 

Les rives du Peugue (Pessac) et des Ontines (Mérignac) bénéficient déjà de cette mise en œuvre. 

Les berges des rivières ne sont pas une décharge. 

Jetez vos déchets à la poubelle et vos encombrants en déchetterie, pour éviter tout risque écologique ou sanitaire (pollution, prolifération d’espèces invasives, déviation de cours d’eau due à des amoncellement d’objets, inondation...)  

Localisez la déchetterie la plus proche parmi les 16 à votre disposition gratuitement dans toute la métropole, sur bordeaux-metropole.fr/recycler

Être propriétaire d’une parcelle au bord d’une rivière

Votre propriété borde un cours d’eau ? Vous êtes responsable de son entretien, et ce, jusqu’au milieu de son lit. En effet, les cours d’eau traversant la métropole ne relèvent pas du domaine public et n’appartiennent pas à l’État : ils sont non-domaniaux et appartiennent par conséquent aux propriétaires des parcelles qui les bordent. 

Pourquoi entretenir votre rivière ? 

Bien entretenir votre rivière ou votre ruisseau, c’est participer à : 

  • l’amélioration de son fonctionnement, 
  • la préservation de sa biodiversité, 
  • la lutte contre les inondations. 

Rôle du propriétaire de cours d’eau 

En tant que propriétaire d’une parcelle au bord d’une rivière, vous êtes responsable de son entretien. 

Vos obligations : 

  • entretenir régulièrement le cours d’eau et les berges, 
  • laisser un droit de passage, 
  • protéger le patrimoine piscicole, 
  • proscrire tout rejet de substance toxique. 

Vos droits :  

  • prélever de l’eau jusqu’à 1000 m3/an, 
  • pêcher (permis nécessaire), 
  • prélever des matériaux (à condition de ne pas modifier l’écoulement et la morphologie du cours d’eau). 

 Nos recommandations d’entretien : 

  • privilégier la période automne-hiver, afin de minimiser les impacts sur la faune et la flore. 
  • intervenir prioritairement en cas de : pont à 300 m en aval de la parcelle,  habitation ou zone d’activité en bordure d’eau, présence d’espèces invasives. 
  • privilégier des techniques de génie végétal plutôt que l’utilisation de matériaux de BTP pour consolider les berges.  

Les techniciens de rivière de Bordeaux Métropole peuvent vous conseiller avant toute intervention. Contactez-les en écrivant à l’adresse centregemapi@bordeaux-metropole.fr 

Actualités sur le même thème

Enfants et parents devant un plan d'eau observant la biodiversité

Image de Une actu printemps biodiversité

Animations sur la biodiversité

-

© Charlotte Barbier - Bordeaux Métropole

Le Printemps de la Biodiversité

Nature

Le retour du printemps est l’occasion de découvrir la biodiversité…

Agneaux dans la ferme des iris

Agneaux_ferme_Iris_Ville_ Lormont_1880x1020.jpg

© Ville de Lormont

Agneaux dans la ferme des iris

Appels à projets pour les agriculteurs

Nature

Bordeaux Métropole lance deux appels à projets à destination des…

Vue aérienne de l'Ile d'Arcins, sur la Garonne.

Google-Earth-ile-d'arcins.jpg

Vue aérienne de l'Ile d'Arcins, sur la Garonne.

-

© Google Earth

Vue aérienne de l'Ile d'Arcins, sur la Garonne.

à la une

L'île d'Arcins, futur parc public fluvial

Nature

Bordeaux Métropole va acquérir un écrin de nature : l'Île d'Arcins…