La qualité de l’air de Bordeaux Métropole aujourd’hui

Mise à jour le 13/06/2023

Bordeaux fait partie des villes dont les valeurs réglementaires de pollution de l’air sont parfois dépassées. En cause, un trafic quotidien dense, notamment aux horaires d'affluence. Si cette pollution est une problématique environnementale bien connue, elle s’avère également nocive pour l’humain à plus ou moins long terme.

Bordeaux Métropole s’inquiète pour la qualité de son air

Le trafic routier est le principal facteur de dégradation de la qualité de l’air sur notre territoire. Il est à l’origine de :

63%

des émissions d’oxyde d’azote en Nouvelle-Aquitaine (issues de la combustion du carburant)

14%

des émissions de particules fines PM2,5 (la moitié provient des échappements moteurs et l’autre moitié des phénomènes d’abrasion et d’usure).

PM est un acronyme anglais qui signifie particulate matter. La taille des particules fines varie de 10 à 0,1 microns (1 micron = 0,001 mm). Suffisamment petites pour être inhalées, elles représentent un danger pour la santé des êtres vivants. Plus la particule est fine, plus elle pénètre dans les poumons. Même à des concentrations relativement basses, les particules fines peuvent irriter les voies respiratoires et altérer la fonction respiratoire dans son ensemble. De plus, elles peuvent véhiculer des substances toxiques.

La dégradation de la qualité de l’air constitue donc un phénomène majeur de santé publique. Bordeaux Métropole souhaite protéger ses concitoyens et ses visiteurs des risques liés à la pollution. Cette protection passe par la mise en place d’une Zones à Faibles Émissions (ZFE).

La qualité de l’air surveillée à Bordeaux Métropole

À Bordeaux Métropole, le suivi, la surveillance et la mesure de la qualité de l’air sont réalisées par ATMO Nouvelle-Aquitaine. Cette association fait partie du dispositif national de surveillance et d’information de la qualité de l’air.

D’après l’organisation, près de 9 % de la population de Bordeaux Métropole (environ 70 000 habitants) réside dans une zone où la valeur limite de pollution de l’air est régulièrement dépassée.

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a développé le logiciel AirQ+. D’après cet outil d’analyse, les particules fines PM2,5 auraient été responsables de 600 morts par an à Bordeaux Métropole entre 2013 et 2015, dont 200 à Bordeaux même.

Les médecins sont formels : il n’y a pas de petit gain en matière de pollution atmosphérique. Chaque action visant à améliorer la qualité de l’air réduit le nombre de maladies et de décès. Face à ces enjeux, il est nécessaire d’agir pour diminuer la pollution de l’air. C’est là tout l’objectif de la future ZFE (Zone à Faibles Émissions) de Bordeaux Métropole.

Actualités sur le même thème

Affiche orange du Bus Express avec date du lancement au 1er juin 2024 et carte du parcours des arrêts

BusExpressLancement_AnnoncesPresses_FormatsWEB_V2_Site Web 1883x1340 px.png

à la une

Mise en service du bus express Saint-Aubin de Médoc – Gare Saint-Jean le…

Déplacements

La ligne G, première ligne de bus express de la métropole, démarre…

Une main dessine un plan de ligne de métro (photo générée par l'IA sur Adobe Firefly)

Une-main-dessine-un-plan-de-lignes-de-metro-sur-une-table-1880x1343.jpg

© Adobe Firefly (photo générée par l'IA)

Mains dessinant un plan de métro

à la une

Une étude prospective sur la faisabilité d’un métro

Déplacements

Bordeaux Métropole a lancé une étude prospective sur la faisabilité d…

vue de synthèse de la future gare ferroviaire à Talence avec des piétons, un train qui passe et le tram.

actus_medoquine-pem.png

Vue de synthèse de la future gare ferroviaire

à la une

Lancement des travaux à la gare Talence-Médoquine

Déplacements

Ce mois d'avril 2024 marque le début des travaux du pôle d'échanges…