La gestion des berges

Également dans cette rubrique

Mis à jour le 17 août 2021

Depuis l’automne 2020, Bordeaux Métropole développe une gestion différenciée sur la végétation des berges de certains cours d’eau. Objectif ? Restaurer l’équilibre écologique des sites tout en maintenant leurs usages.
Cours d'eau

© Anaïs Sibelait - Bordeaux Métropole

Les bords des cours d’eau sont des milieux riches, mais fragiles, qui présentent une végétation propre aux rivières, la ripisylve.

Située dans la zone frontière entre la terre et l’eau, celle-ci est composée de strates étagées – depuis les espèces herbacées au ras du sol jusqu’aux plus grands arbres – sur une bande d’une largeur maximum de 10 m

La ripisylve assure de très nombreux services écosystémiques :

  • stabilisation des berges et lutte contre l’érosion
  • protection contre les inondations par dissipation des ondes de crues
  • préservation de la qualité de l’eau par fixation des polluants
  • diversification des habitats au profit de la faune locale (insectes, oiseaux, petits mammifères, amphibiens…)
  • limitation des espèces invasives par régulation de la température de l’eau
  • restauration des continuités écologiques terrestres et aquatiques
  • constitution de « corridors de fraicheur »
  • requalification paysagère et plus-value esthétique

C’est pourquoi elle nécessite une attention et un entretien tout particuliers : fauchage sélectif, réintroduction de plantes, surveillance approfondie... diverses techniques sont utilisées pour rendre sa place à la nature, et que chacun puisse en profiter.

Les rives du Peugue (Pessac) et des Ontines (Mérignac) bénéficient déjà de cette mise en œuvre.

En images

Actualités

Voir toutes les actualités