Les 7 orientations numériques de la métropole

Mis à jour le 22 septembre 2021

Le numérique, omniprésent, appelle une intervention publique, un soutien, une régulation et une attention forte aux impacts environnementaux et sociétaux de cette révolution continue. Bordeaux Métropole a sélectionné sept axes pour répondre aux enjeux actuels et de demain.
78%
des Français se connectent à internet tous les jours
84%
des Français possèdent un smartphone
30%
des Français se sentent en difficulté avec le numérique

1/ Une politique de solidarité pour lutter contre les fractures numériques

2/ Des citoyens au cœur de e-services utiles, utilisables et utilisés 

3/ Un aménagement numérique responsable

4/ La gouvernance des données, un enjeu stratégique majeur

5/ Des villes connectées au service de l'attractivité, de l'efficience et de la transition écologique

6/ Une transformation numérique des services publics

7/ Un numérique sûr, résilient et souverain

1/ Une politique de solidarité pour lutter contre les fractures numériques 

Le thème de la fracture numérique déborde la simple question de l'accès aux droits. Il s’agit d’une question sociale, dont les contours varient fortement selon les publics concernés : personnes âgées, étudiants, entreprises et associations…

La Métropole a donc choisi d’adopter des politiques publiques volontaristes sur cette question et entend jouer un rôle d’impulsion et de coordination en lien avec les acteurs et les communes de son territoire.

Il s’agit de répondre aux besoins d’accès en déployant un Wifi gratuit en extérieur sur les zones à forte fragilité.

Plusieurs actions vient concrétiser cet engagement . 

Dès la rentrée 2021, la priorité est donnée à des actions allant à la rencontre du public, sans attendre sa venue dans les lieux d'animation traditionnels :

  • bus itinérant,
  • actions en pieds d'immeubles,
  • formation et soutien aux animateurs communaux grâce aux différents leviers mobilisés par la Métropole,
  • wifi gratuit en extérieur sur les zones à forte fragilité.

Bordeaux Métropole pourra mesurer les avancées grâce à la création d’un observatoire des inégalités numériques.

Enfin, renforcer le soutien aux associations et aux acteurs de terrain constitue un puissant levier : par le jeu des subventions, mais aussi en leur offrant une plus grande visibilité avec le guide de l'inclusion numérique.

En savoir plus

2/ Des citoyens au cœur de e-services utiles, utilisables et utilisés  

Les usagers ont une légitime attente de qualité, de fiabilité et de simplicité pour utiliser les services numériques qui leur sont proposés.

Pour y répondre, Bordeaux Métropole doit s’attacher à comprendre les usages, les comportements et les besoins de ses citoyens pour leur mettre à disposition des services numériques adaptés. 

La conception d’une plateforme unique pour les démarches dématérialisée doit permettre d’atteindre la qualité de services attendue par tous.

La conception d’une plateforme unique pour les démarches dématérialisée doit permettre d’atteindre la qualité de services attendue par tous. 

Bordeaux Métropole a été retenue dans le cadre d’un appel à projet national financé par France Relance pour la mise en place d’une identité numérique de territoire en 2022 pour accéder à de multiples services.

La conception d’une plateforme unique pour les démarches dématérialisée, la fourniture d’applications réutilisables par plusieurs communes, ou personnalisées selon le lieu de vie de l’utilisateur doit permettre d’atteindre la qualité de services attendue par tous. 

3/ Un aménagement numérique responsable 

L’aménagement numérique du territoire suppose la prise en compte de plusieurs dimensions :

  • Le besoin en réseaux, en débit, en fiabilité pour les entreprises, les administrations et les ménages.
  • L’attention aux gaspillages de ressources, à la prolifération des réseaux, potentiellement synonyme d’inefficacité.  
  • Après avoir déployé la fibre et accompagné les opérateurs jusqu’à atteindre aujourd’hui 87% de logements éligibles, la Métropole ambitionne d’être exemplaire dans son propre usage des réseaux.

Une gouvernance unifiée des réseaux, enjeu stratégique de territoire est à construire. Ceci par des réalisations fortes : 

Garantir la couverture en très haut débit de l’intégralité du territoire Métropolitain

  • Garantir la couverture en très haut débit de l’intégralité du territoire Métropolitain, en éteignant les dernières zones blanches, afin de permettre à toutes nos entreprises de réaliser dans les meilleures conditions leur transformation numérique. 
  • Développer une stratégie de territoire sur les besoins nouveaux à couvrir pour :
    • les ménages,
    • les associations,
    • les acteurs classiques,
    • les nouvelles formes de travail et de vie (espaces de co-working). 

Bordeaux Métropole souhaite également avoir une attention particulière concernant l’impact environnemental du numérique sur son territoire :

  • en encourageant systématiquement le recyclage des matériels et des infrastructures héritées,
  • en mettant en place un observatoire public de l’impact des réseaux,
  • en accentuant la sensibilisation des citoyens et de l’ensemble des acteurs économiques à l’impact environnemental des objets numériques.  

4/ La gouvernance des données, un enjeu stratégique majeur 

Dans un domaine où quelques groupes mondiaux ont su construire une économie prospère et dominante, un besoin de réappropriation et de maîtrise s’exprime aux niveaux européen, national et local, aussi bien de la part des entreprises que d’une part croissante des particuliers.

Les Métropoles ont un rôle stratégique à jouer dans cette reconquête et dans la gouvernance et la maîtrise stratégique des données.   

Mise en place d'un service public de la donnée

Pour Bordeaux Métropole, la question n’est plus la production de la donnée mais la nécessité de structurer son parcours, sa gouvernance, son écosystème et son animation.  

Cette ambition se traduit par un effort continu pour amplifier l’open data : mise en place d’un service public local de la donnée, progressivement ouvert aux coopérations territoriales, pour coordonner certains investissements et produire de grands “communs” sous la forme de jeux de données libres, de qualité, et pertinents. 

5/ Des villes connectées au service de l’attractivité, de l’efficience et de la transition écologique

La question du numérique au sein de l’espace urbain, dans les bâtiments, dans les installations et les événements n’a jamais été aussi évidente. Le pilotage des grands services urbains est lui aussi mis en avant, gage de souveraineté locale, de sécurité, de service public rendu.

La ville connectée est parcourue de tensions : développement de l’Internet des objets, mais aussi lassitude qui appelle une nouvelle sobriété numérique et un plus grand respect de la vie privée.   

La Métropole, qui déploie elle-même réseaux et services, joue un rôle de garant en favorisant la compatibilité et la durabilité des systèmes. 

Et si Bordeaux Métropole devenait le territoire où les réseaux se parlent entre eux par le choix systématique de standards d’interopérabilité. Un exemple concret de ce type d’attention : Certains lampadaires à Bordeaux servent déjà de support a des caméras de vidéoprotection ou des accès Wifi publics. Demain ils pourraient également servir à recharger des véhicules électriques : vélos, voitures. 

Ces choix visent à faciliter la valorisation et le pilotage des infrastructures et des grands services publics. Il peut s’agir de services assurés en propre ou délégués. Les secteurs concernés sont variés :

  • qualité de vie,
  • mobilité,
  • emploi,
  • sécurité,
  • consommation énergétique,
  • etc.  

6/ Une transformation numérique des services publics 

La crise sanitaire a bousculé les pratiques et usages professionnels du numérique, notamment en démocratisant le travail à distance et le télétravail. 

Si les citoyens émettent de fortes attentes en matière de services numériques de la part de leurs collectivités, les agents des administrations publiques expriment également le besoin de faire évoluer leurs pratiques et leur environnement de travail.  

Ce contexte doit favoriser les gains d’efficacité et une meilleure efficience des services publics.

Prendre en compte son impact écologique dans un but d’exemplarité et de responsabilité environnementale

Le développement du numérique doit se faire de pair avec la prise en compte de son impact écologique dans un but d’exemplarité et de responsabilité environnementale de la Métropole.

L’exemplarité sociétale est aussi en jeu : la dématérialisation à grande vitesse notamment de certains services sociaux ou fiscaux a laissé de côté une partie substantielle de notre population à l’échelon national.

Le recours plus systématique aux principes de design simplifiés, établis en tenant compte des utilisateurs, doit constituer un réflexe pour réduire, à la source, la difficulté d’utilisation des services proposés et la façon de les concevoir.  

La maîtrise du numérique et de ses pratiques, la prise en compte des potentiels pour l’amélioration de nos services tient avant tout à l’humain. 

Bordeaux Métropole, en tant qu'employeur,  mène des actions auprès de ses agents pour les sensibiliser aux questions de fracture numérique et de bonnes pratiques.

Ceci se traduit par des projets concrets :

  • l’adoption d’équipements adaptés qui favorisera le travail en situation de mobilité et de travail à distance,
  • la mise en place d’une mesure de l’impact carbone du numérique qui permettra de guider la politique d’équipement de la métropole et facilitera des déploiements raisonnés et responsables.  
  • des projets transverses pour améliorer la performance de l’administration (développement d'une plateforme intégrée de dématérialisation et d'archivage sur les parafeurs, les flux et documents, avec archivage et coffre-fort numérique). 

Les actions d’acculturation de tous les agents au numérique, à ses usages, ses bonnes pratiques, permettront à chacun de tirer tous les bénéfices d’un environnement de travail homogène, collaboratif, sécurisé et performant.  

7/ Un numérique sûr, résilient et souverain

Bordeaux Métropole gère les systèmes d’information pour ses propres services et pour ceux de 14 villes de la Métropole ayant mutualisé cette compétence :Ambarès-et-Lagrave, Bègles, Blanquefort, Bordeaux, Bruges, Carbon Blanc, Floirac, Le Bouscat, Le Haillan, Le Taillan Médoc, Mérignac, Pessac, Saint-Aubin-de-Médoc, Talence. 

Renforcer la sécurité du système d'information commun face aux risques de cyber-attaques 

Les enjeux liés à la sûreté et à la maîtrise des systèmes d’informations sont rapidement passés du rang de question technique à un sujet du quotidien pour les particuliers, les collectivités locales, les petites et moyennes entreprises.

L’action métropolitaine passe par le renforcement de la sécurité du système d'information commun face aux risques de cyber-attaques ; mais aussi par la mise en place d'un troisième datacenter multi collectivités pour permettre la continuité et la redondance des données et services.