Le contexte métropolitain

Également dans cette rubrique

Mis à jour le 8 avril 2022

3 millions de déplacements par jour dans la métropole bordelaise

État des lieux des déplacements sur le territoire métropolitain

Avec 4,2 déplacements par jour en moyenne par habitant (source : enquête ménages mobilité 2017, Cerema et Bordeaux Métropole), ce sont près de 3 millions de déplacements qui sont réalisés tous les jours à Bordeaux Métropole, dont 1,5 million en voiture.

Or, la moitié de ces déplacements en voiture (750 000) font moins de 3 km et pourraient donc être effectués à pied, à vélo ou en transports en commun.

Mais la circulation routière dans la métropole bordelaise n’est pas que le seul fruit des habitants :

  • un quart des emplois est occupé par des extra-métropolitains qui font le trajet domicile / travail en voiture, avec prédominance de l’autosolisme.
  • 78% des trajets (42% des km) effectués dans la métropole sont des déplacements internes
  • 22% des trajets (58% des km) effectués dans la métropole sont des déplacements extra/intra-métropole.

Les effets sur la qualité de l'air et la santé

À Bordeaux Métropole, le trafic routier est responsable de :

  • 62% des émissions de dioxyde d’azote (NO2) proviennent des transports, dont 62% pour le seul trafic routier.
  • 36% des émissions de particules en suspension : usure des pneus et de la route, abrasion des plaquettes de frein…
  • 32% des émissions de particules fines (particules issues de la combustion du carburant). Plus les particules sont fines (les PM2.5 étant plus fines que les PM10), plus elles pénètrent profondément dans les poumons. Même à des concentrations relativement basses, les particules fines peuvent irriter les voies respiratoires et altérer la fonction respiratoire dans son ensemble. De plus, elles peuvent véhiculer des substances toxiques.  

La pollution de l’air constitue donc un phénomène majeur de santé publique.

La mesure de la pollution et de la qualité de l’air à Bordeaux Métropole est réalisée par ATMO Nouvelle-Aquitaine. Cette association fait partie du dispositif national de surveillance et d’information de la qualité de l’air.

D’après ATMO Nouvelle Aquitaine, environ 9% de la population de Bordeaux Métropole (soit près de 70 000 personnes) habite une zone fragilisée où au moins une valeur limite réglementaire est régulièrement dépassée.
Selon le logiciel AirQ+, développé par l’Organisation Mondiale de la Santé, les particules fines PM2.5 seraient responsables de 600 morts/an à Bordeaux Métropole, entre 2013 - 2015, dont 200 rien qu’à  Bordeaux.  
Or, les médecins sont formels : il n’y a pas de petit gain en matière de pollution atmosphérique.  Chaque amélioration de la qualité de l’air permet de réduire le nombre de maladies et de décès.
 
Face à ces enjeux, il est nécessaire d’agir pour diminuer la pollution de l’air et la ZFE-m est un levier fort pour améliorer la situation

Carte stratégique Air de Bordeaux Métropole, réalisée par ATMO Nouvelle-Aquitaine à partir des données recueillies sur la période 2016-2019

Carte stratégique Air de Bordeaux Métropole, réalisée par ATMO Nouvelle-Aquitaine à partir des données recueillies sur la période 2016-2019