Les sites terrestres Natura 2000 de la métropole

Également dans cette rubrique

Mis à jour le 16 mai 2022

Natura 2000 est un ensemble de sites naturels et agricoles identifiés au niveau européen pour la rareté et la fragilité des espèces sauvages et des habitats qu’ils abritent. La direction de la nature en anime deux : celui du «Réseau hydrographique des Jalles de Saint-Médard-en-Jalles et d’Eysines» et celui des «Marais du Bec d’Ambès».

Localisation

Objectifs

L’animation des sites Natura 2000 est la traduction opérationnelle de leur document d’objectifs (DOCOB) qui se manifeste par l’adhésion libre des propriétaires et des gestionnaires à la Charte Natura 2000, ainsi qu’à différents types de contrats, comme notamment les MAEC (Mesures Agro-Environnementales Climatiques).

Le « Réseau hydrographique des Jalles de Saint-Médard-en-Jalles et d’Eysines » est réparti sur huit communes (Blanquefort, Bruges, Eysines, Le Taillan-Médoc, Le Haillan, Saint-Médard-en-Jalles, Martignas-sur-Jalle, Saint-Jean-d’Illac) et d’une surface totale de 971 ha.

Le Réseau hydrographique des Jalles a notamment été remarqué pour ses habitats favorables à la Cistude et au Vison d’Europe. La gestion des jalles et de la qualité de l’eau (limitation de l’eutrophisation, maintien des dynamiques naturelles du niveau d’eau, etc.) sont des missions importantes de Natura 2000 en raison des écosystèmes fragiles, mais également vis-à-vis des points de captage d’eau potable et des prélèvements pour l’irrigation.

Les « Marais du Bec d’Ambès » occupent 2651 ha sur quatre communes (Ambès, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Vincent-de-Paul et Ambarès-et-Lagrave).

Le Vison d’Europe et l’Angélique des estuaires font partie des espèces qui ont justifié l’inscription des Marais du Bec d’Ambès au réseau Natura 2000. À la confluence de la Garonne et de la Dordogne, ce site est essentiellement composé de zones humides, comme les marais intercommunaux. La bonne santé du site est étroitement liée aux activités humaines traditionnelles, comme l’élevage, qui permettent notamment de maintenir les milieux ouverts. Le maintien d’une gestion au plus proche du cycle naturel de l’eau (inondation automnale ou hivernale, suivie d’un ressuyage au printemps) apparaît également comme déterminant pour la conservation des zones humides. D’autres thématiques sont abordées dans les MAEC de ce territoire comme l’entretien des fossés et des haies, l’arrêt des herbicides, la mise en place de bandes enherbées, la conservation des prairies extensives.
D’autres types de contrats cofinancent la réouverture de milieux naturels ou permettent la mise en place de passages sous des ponts routiers pour la faune sauvage. Les mammifères semi-aquatiques (Loutre et Vison d’Europe notamment) peuvent ainsi se déplacer le long des cours d’eau.

Acteurs

Plusieurs intervenants extérieurs sont mobilisés autour de différentes thématiques :

  • Direction de la nature de Bordeaux Métropole
  • Ville d'Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Vincent-de-Paul, Blanquefort, Bruges, Eysines, Le Taillan-Médoc, Le Haillan, Saint-Médard-en-Jalles, Martignas-sur-Jalle et Saint-Jean-d’Illac
  • Département de la Gironde
  • Région Nouvelle-Aquitaine
  • Chambre d’Agriculture
  • Fédération Départementale des Chasseurs
  • Association Départementale des Piégeurs agréés
  • Agence de l’eau Adour-Garonne
  • Conservatoire des Espaces Naturels (CEN)
  • Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique
  • État, DDTM et DREAL
  • Exploitants concernés
  • Entente Départementale de Démoustication
  • Grand Port Maritime de Bordeaux
  • Associations Cistude Nature et SEPANSO
  • Association Arbres et Paysages pour le diagnostic des éléments paysagers et des propositions d’aménagement

Budget

350 000 €
d’investissement pour accompagner les exploitants agricoles dans leurs pratiques favorables à la biodiversité de 2015 à 2020
80 %
de confinancement d'un poste d'animateur Natura 2000 à mi-temps par l'Europe, l'Etat et l'Agence de l'Eau Adour-Garonne

Calendrier

1992

  • L’Europe entérine la Directive « Habitats, Faune, Flore » qui liste les espèces sauvages et les habitats d’intérêt communautaire, et au nom de laquelle le site des Jalles ainsi que celui du Bec d’Ambès sont classés en Natura 2000

2002

  • Début de l’inscription de ces deux sites auprès de l’Europe

2010

  • Validation du document d’objectifs (DOCOB) du « Réseau hydrographique des Jalles de Saint-Médard-en-Jalles et d’Eysines »

2012

  • Septembre : validation du DOCOB des « Marais du Bec d’Ambès »
  • Novembre : début de la phase d’animation pilotée par la direction de la nature, avec le recrutement d’un chargé de mission Natura 2000

2014

  • Mise en place des mesures Agro-environnementales et climatiques (MAEC), contrats à destination des exploitants agricoles et indemnisant le maintien ou la mise en place de pratiques favorables à l’environnement

En images

Actualités

Voir toutes les actualités