Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Réaction d’Alain Juppé et des 27 maires de Bordeaux Métropole suite au rejet par Ford de la proposition de reprise de FAI par Punch

Économie, Politique -
Communiqué de presse

Publié le 13 décembre 2018

Alain Juppé, Président de Bordeaux Métropole vient d’apprendre avec consternation que, lors d’un comité d’entreprise extraordinaire, Ford Motor Company a annoncé son intention de rejeter la proposition de reprise de Ford Aquitaine Industrie par le groupe Punch.

Réaction d’Alain Juppé et des 27 maires de Bordeaux Métropole suite au rejet par Ford de la proposition de reprise de FAI par Punch

Alain Juppé, Président de Bordeaux Métropole vient d’apprendre avec consternation que, lors d’un comité d’entreprise extraordinaire, Ford Motor Company a annoncé son intention de rejeter la proposition de reprise de Ford Aquitaine Industrie par le groupe Punch.

Alors que les salariés se sont massivement prononcés en faveur de cette reprise, et ont pour cela  consenti de réels efforts salariaux, Ford montre une fois de plus sa volonté de ne pas assumer ses responsabilités sociales et économiques  vis-à-vis tant de ses salariés que de la métropole bordelaise, où plusieurs milliers d’emplois dépendent de l’activité de l’entreprise et qui, avec l’Etat et les autres collectivités locales, a toujours soutenu financièrement les projets de  développement du groupe.

Alors que General Motors avait assumé ses responsabilités lors de la reprise de son usine de Strasbourg, en accordant un volume conséquent de commandes pour permettre au repreneur de passer la période transitoire avant le lancement de  ses propres productions, Ford a refusé de s’engager à attribuer des commandes à FAI. Et aujourd’hui, bien que Punch soit malgré cela parvenu à obtenir des commandes d’autres constructeurs, Ford refuse le plan de reprise qui a été  considérablement amélioré. Les experts de l’Etat et des organisations syndicales considèrent qu’il donne au site de réelles perspectives de développement de l’emploi à moyen terme.

« Je demande instamment à Ford de reconsidérer sa position et donner au site de Blanquefort et à ses salariés un avenir en acceptant et en aidant la reprise ».