Hydrogène de France et son usine de piles à hydrogène retenus pour s’installer sur le terrain des Circuits à Blanquefort

Économie, Développement durable, Consommation d’énergie -
Communiqué de presse

Publié le 8 avril 2021

Bordeaux Métropole est propriétaire du terrain des Circuits à Blanquefort, un foncier de 13 hectares (après rétrocession opérée par le groupe Ford).

En partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine et la ville de Blanquefort, un appel à manifestation d’intérêts a été lancé en mars 2020.

L’objectif était triple : initier très rapidement une nouvelle dynamique à la zone industrielle de Blanquefort en écho à la fermeture du site de Ford et la suppression de 849 emplois ; faire connaitre aux acteurs économiques locaux ou non le potentiel du terrain des circuits, dans un contexte de raréfaction du foncier pour permettre à la Métropole de projeter au mieux les possibilités de développement ; détecter et faire émerger des projets d’entreprises à impact positif pour le territoire avec l’objectif de création nette d’emplois

Au terme de l’analyse des dossiers et l’audition des porteurs de projet, Bordeaux Métropole, la Région Nouvelle-Aquitaine et la Ville de Blanquefort ont décidé de retenir le projet porté par Hydrogène de France.

L’hydrogène est un nouveau vecteur énergétique en plein développement et à fort potentiel d’innovation : une filière industrielle bas carbone, un vecteur aux potentiels énormes pour la transformation des systèmes de production et de transport de l’énergie.

Hydrogène de France est une entreprise locale qui ambitionne de passer de l’ingénierie à un opérateur industriel de référence pour les grandes infrastructures hydrogène.

En soutenant l’implantation de la première usine d’assemblage de piles à hydrogène de forte puissance d’Europe sur un terrain de l’ex-usine de Ford à Blanquefort, les trois collectivités adressent des messages forts pour l’innovation, l’industrie et les emplois de demain.

Le projet pourrait être déployé sur plus de 3 hectares et générer plus de 100 emplois industriels dès sa mise en service envisagée en 2023. Des capacités d’extension sont d’ores et déjà intégrées.

Le projet doit maintenant faire l’objet d’une mise au point entre les partenaires sur les aspects techniques, administratifs et financiers avant de passer dans sa phase opérationnelle.