Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Des sarcophages d’époque mérovingienne découverts rue d’Welles à Bordeaux

Patrimoine -
Communiqué de presse

Publié le 29 septembre 2016

Des sarcophages d’époque mérovingienne découverts rue d’Welles à Bordeaux

La fouille archéologique réalisée rue d'Welles à Bordeaux, par le Centre d’Archéologie Préventive de Bordeaux Métropole, a permis de dévoiler une partie du cimetière médiéval associé à l'église romane Sainte-Croix. Au total, 6 sarcophages en pierre, décorés de stries et de croix, ont été découverts sur un espace d’à peine 30m2, illustrant une occupation du haut Moyen Âge (époque mérovingienne / VIe-VIIe siècles). Une vingtaine de sépultures en cercueil ont également été révélées, confirmant une occupation funéraire à l'époque moderne (XVIIe-XIXe siècles). Cette découverte est très importante car ce sont les premiers sarcophages mis au jour près de cette église, abbatiale puis paroissiale, qui a fortement marqué l'histoire de la ville de Bordeaux. En effet, les origines de l’abbaye Sainte-Croix font toujours l’objet de discussions. Sur la foi d’une épitaphe de Saint Mommolinus qui serait mort le 8 août 643, on envisage traditionnellement l’implantation d’une communauté monastique qui s’inscrirait dans le « mouvement de fondations religieuses paléochrétiennes implantées dans le suburbium » (Atlas Historique de Bordeaux, F. Boutoule dans Lavaud dir. 2009, II, p. 44).

Les fouilles se sont déroulées en deux temps. En septembre 2015, des travaux destinés à la mise en place de bornes escamotables ont fait apparaître, à moins de 30 cm de la surface du sol actuel, plusieurs sépultures d’époque moderne et, dans un sondage un peu plus profond, les couvercles en bâtière de deux sarcophages en pierre. Un dégagement sommaire de ces sarcophages, réalisé en octobre 2015, a permis de les attribuer à l’époque mérovingienne, et de constater que l’un d’eux était orné de croix sur le fronton du couvercle. Une fouille préventive a été ensuite décidée, pour la période allant du 12 au 30 septembre 2016. Elle a mobilisé une équipe de quatre archéologues du Centre d’Archéologie Préventive de Bordeaux Métropole : une historienne spécialiste de l’époque médiévale, une anthropologue et deux techniciennes. Sur le plan technique, un seul sarcophage a été intégralement dégagé et fouillé.

Une année bien remplie pour le Centre d’Archéologie Préventive de Bordeaux Métropole

Près de vingt fouilles ont été réalisées en 2016, plus des actions de médiation. L’essentiel.

- Place André Meunier à Bordeaux. Une fouille préventive, prescrite par le préfet de Région, a été réalisée du 18 juillet au 5 août 2016. Les quatorze sondages  ouverts sur l’ensemble de la place - 650 m2 au total - ont permis de mettre au jour de nombreux vestiges qui retracent l’histoire de ce quartier de Bordeaux depuis le Moyen Âge : éléments de défense (fossés et barbacane) de la porte Sainte-Croix au XIVe s., parements d’un bastion du XVIe s., tronçons des remparts du Fort Louis de la fin du XVIIe siècle, murs et étonnante machinerie hydraulique des abattoirs municipaux du XIXe siècle, tranchées et casemates des batteries antiaériennes de la seconde guerre mondiale.

- Place Gambetta à Bordeaux. Un diagnostic anticipé, destiné à caractériser le potentiel archéologique de cet espace avant le début des travaux, a été réalisé entre le 17 mai et le 17 juin dernier. Il a permis de révéler la présence de plusieurs séquences d’occupation datées entre la période gallo-romaine et l’époque moderne, dont un grand bâtiment du Haut-Empire (Ier-IIIe s.) pouvant correspondre à un monument thermal public. Des talus de terre ont également été mis en évidence qui pourraient être liés au bastion mis en place au milieu du XVIIe s. pendant la Fronde.

- Depuis le 2 mai 2016 la Maison du projet des Bassins à flot accueille une exposition exclusivement consacrée à la présentation d’éléments provenant de la Manufacture David Johnston et Jules Vieillard (les fouilles ont été réalisées en 2015). Cet ensemble industriel assez unique était implanté dans le même quartier et spécialisé, au XIXème siècle, dans la production de faïences fines.