Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Communiqué de presse du Bureau 14//02

Agroalimentaire, Eau et assainissement, Habitat, Administration -
Communiqué de presse

Publié le 14 février 2019

Le Bureau de Bordeaux Métropole s’est réuni cet après-midi sous la présidence d’Alain Juppé.

MIN :  création d’un pôle d’excellence alimentaire Les élus donnent leur accord pour l’organisation d’un AMI (Appel à manifestation d’intérêt) avec « un concours d’idées » afin d’identifier les développements possibles de nouveaux usages au cœur du MIN ; il serait lancé en mars pour une durée de 3 à 6 mois. Porté par Bordeaux métropole en partenariat avec la Régie du MIN et l’EPA Bordeaux Euratlantique, ce projet vise à créer un pôle d’excellence alimentaire sur le site, ouvert au grand public avec, par exemple, des restaurants, un centre de formation aux métiers de bouche, des cours de cuisine...Il se traduira par la construction d’une ceinture bâtie sur les franges du marché : 15 000 m2 en rez-de-chaussée seront affectés à des activités identiques à celles exercées sur le MIN, et 40 000 m2 en étages seront réservés à des activités innovantes : agriculture urbaine, coworking, food tech, formation…A noter : Bordeaux métropole est propriétaire des terrains et immeubles du MIN (15 hectares environ) qui relèvent du domaine public et sont affectés à la Régie du MIN en tant que gestionnaire.

 Point d’étape sur la mutualisation Le Bureau approuve le rapport d’avancement de la mutualisation pour l’année 2018. Bordeaux métropole et la majorité de ses communes membres sont engagées depuis 2015 dans une mutualisation « à la carte » (14 domaines, 130 fonctionnalités et supports), pari ambitieux destiné à mieux répondre aux besoins des territoires, développer une offre de service public de qualité et optimiser l’utilisation des ressources publiques.

Les principaux points du rapport :.2018 voit l’entrée de 2 nouvelles communes (Artigues-près-Bordeaux et Talence) et la création de services communs supplémentaires sur 3 autres communes (les archives de Blanquefort, Le Bouscat et Ambarès-et-Lagrave).Au 1er janvier 2019, 20 communes ont transféré des moyens. Parmi les plus représentés : la propreté, les espaces verts, le numérique et les systèmes d’information, la commande publique…Au terme du cycle 4, 70% des communes de la métropole seront mutualisées, représentant 80% de la population métropolitaine. Bordeaux métropole compte 5200 agents environ dont 1600 dans les Pôles territoriaux.Concernant les services rendus aux usagers, et notamment la propreté urbaine, on notera la création de 39 postes dans les 4 pôles territoriaux et le redéploiement sur Bordeaux de 29 postes existants à la suite de l’externalisation de la collecte-propreté dans le centre historique. Le baromètre » Propreté, voirie, espaces verts » enregistre d’ailleurs des résultats encourageants : 72% d’habitants satisfaits de la propreté à l’échelle des communes (67% pour la moyenne nationale). Pour les jardins et espaces verts, le pourcentage de personnes satisfaites est de 85%. Le déploiement du Très Haut Débit, quant à lui, arrive à son terme avec 2 ans d’avance par rapport aux objectifs fixés et la métropole, fin 2018, présentait le taux le plus important de France avec 18 communes dont plus de 80% des logements étaient adressables. Une étude montre que 10% des sociétés lient leur installation ou le maintien de leur activité à ce service ce qui représente un PIB de 2,7 Md€ et 32 000 emplois maintenus ou créés.

 

 Un programme dédié au futur service de l’eau en 2022

En 2022, au terme du contrat en cours, la métropole va prendre à sa charge la maîtrise d’ouvrage des investissements en matière d’eau potable assurée actuellement par le délégataire Suez.Le programme Eau’rizon 2022, présenté aux élus, consiste à définir et préparer le futur service public de l’eau métropolitain en 2022. Ses principaux enjeux sont de garantir la continuité du service public, la performance et la qualité du service rendu à l’usager au meilleur prix et ce, dans un contexte de prise en main des investissements par la métropole. Cette orientation vise à garantir la gestion durable des ressources des milieux tout en accompagnant le développement de l’agglomération.Des projets tels que ceux de Champ captant des Landes du Médoc, du Système d’Information Eau et Assainissement, de la Relation Usagers, ainsi que d’autres projets structurants (aménagement d’espaces publics, développement d’infrastructures de transport...) portés par la métropole sont intégrés à la réflexion.

Rappel : La gestion du service de l’eau potable est confiée depuis 1992 à Suez Eau France. Ce contrat, d’une durée de 30 ans prend fin le 31 décembre 2021.En juillet 2015, le Conseil a décidé la prise en charge de la maîtrise d’ouvrage des investissements en matière d’eau potable à partir de 2022.Ce changement de mode de gestion (contrat de type concession à un contrat de type affermage) pour une durée courte doit assurer la transparence et la réactivité, la maîtrise du système d’information et vise à une révision à la baisse de la marge délégataire.