Alerte info

Incendie Sud Gironde et Nord des Landes, restriction des consommations d'eau... Ayez les bons réflexes.

+ d'informations

Tourisme durable : qu’en pensent les professionnels ?

Mis à jour le 20 juillet 2022

Qu’il soit de loisirs, de proximité ou d’affaires, le tourisme durable est une démarche exigeante qui impose de réduire son impact sur l’environnement et de développer les synergies avec les habitants et l’économie locale. Échange avec trois acteurs du territoire.

(c) Christophe Goussard

Réfléchir à des choses nouvelles

Présidente de l'Association des guides de Nouvelle-Aquitaine, Agathe Corre explique comment sa profession se réinvente en réponse à la crise sanitaire, au développement du tourisme de proximité et aux nouvelles exigences des visiteurs.

« Pour les guides touristiques, la crise sanitaire a eu un gros impact et beaucoup ont dû arrêter. Elle a cependant amené aussi des choses positives. Nous avions peur que les gens ne reviennent pas. En fait, c’est le contraire. Nous nous sommes manifestés et avons montré des choses très différentes. Cela nous a fait connaître et nous avons réussi à nous débarrasser de cette image caricaturale de personnes âgées et sinistres ou au contraire d’étudiants.

Avec la crise que nous traversons, les gens ont besoin de découverte, de culture, de convivialité. Ils ont pris conscience qu’ils vivaient dans un territoire et qu’ils voulaient le découvrir, y pratiquer des activités. Le tourisme de proximité est devenu une tendance forte et durable. Les opérations « Bordeaux vous envoie balader » (des visites à petit prix proposées par l’Office de Tourisme) ont eu beaucoup de succès, avec une clientèle locale fidèle qui surveillait la programmation.

Nous avions peur que les gens ne reviennent pas

Parallèlement, les gens sont aussi devenus beaucoup plus exigeants. Ils font davantage attention aux visites qu’ils choisissent, sont en demande d’extraordinaires et de surprises. Cela nous oblige à réfléchir à des choses nouvelles. Beaucoup de demandes portent aujourd’hui par exemple sur les parcs, les jardins, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. Nous devons nous réadapter, acquérir des connaissances sur la botanique. Les visites en transports doux ou à vélo ont aussi énormément de succès alors que nous n’en faisions pas avant, de même que celles associant la découverte d’un artisan, d’une boutique ou d’un autre acteur local. Nous réactivons aussi des thèmes de visites plus pointus. Nous travaillons beaucoup à élargir notre programmation à l’ensemble de la métropole. Récemment, j’ai par exemple organisé une visite de la vieille ville de Lormont en partant avec le Bat3, qui a intéressé autant des Parisiens, que des Métropolitains et des Girondins. Les choses avancent également doucement sur la prise en compte du handicap, avec davantage de visites adaptées aux personnes à mobilité réduire, non voyantes, etc. »

Une démarche globale

Créée en 2014 par Emmanuel Petit, Eklo est une chaîne d’hôtels dont le crédo est, explique Stéphanie Petit, sa responsable Marketing et Communication, de proposer un hébergement économique, écologique et ancré dans son territoire.

(c) Christophe Goussard

« Si la démarche environnementale est dans l’ADN d’Eklo, c’est au départ pour des raisons personnelles. Emmanuel Petit voulait se lancer dans l’entrepreneuriat avec un projet respectueux de l’environnement et de l’homme, qui soit bénéfique et durable. Depuis, nous nous sommes attachés à avoir une démarche globale. Nous choisissons nos terrains, les achetons, construisons les hôtels et les exploitons. Pour Bordeaux, nous avons choisi de l’implanter au cœur de l’écoquartier de Bordeaux Bastide-Niel, avec le tramway à deux pas et le rattachement au réseau de chauffage urbain en géothermie. Des panneaux photovoltaïques sur le toit fournissent une partie de notre électricité. Le bâtiment est par ailleurs très bien isolé et est équipé de façon à limiter les consommations d’énergie et d’eau.

5e hôtel le plus écologique de France

Pour l’aménagement, nous privilégions des matériaux qui vieillissent bien et des artisans français. Nous disposons d’un potager géré par Akebia (Bordeaux) et travaillons avec des producteurs locaux. La coopérative des Détritivores (Bordeaux) collecte nos déchets organiques, l’entreprise EcoMégot (Talence) nos mégots de cigarette. Pour éviter le gaspillage, les viennoiseries non consommées sont proposées à petit prix sur l’application To Good To Go. Nous ne changeons pas forcément le linge quand un client reste plusieurs jours et nos produits d’entretien et d’hygiène sont écolabellisés.

Cette démarche fait que Eklo Bordeaux a été classé par Betterfly Tourisme, qui attribue l’affichage environnemental avec le soutien de l’Ademe et du Ministère de la transition écologique, 5e hôtel le plus écologique de France. Sur le plan social, nous avons fait le choix d’internaliser toute la partie ménage car ce sont des métiers difficiles et nous voulons maîtriser les conditions de travail. Côté clients, nous nous sommes positionnés sur l’accessibilité, avec des chambres adaptées aux personnes handicapées, des prix abordables et des types d’hébergement diversifiés. Nous sommes aussi ouverts sur le quartier, avec par exemple une guinguette principalement fréquentée par des habitants. Notre hôtel est ainsi accessible à tout le monde et les gens viennent aussi pour cette simplicité et cette convivialité. »

Lire l’ensemble des témoignages 

Actualités

Voir toutes les actualités