La Métropole crée un Fonds de solidarité climat

Mis à jour le 20 mai 2022

Parce que la précarité énergétique touche d’abord les plus modestes, Bordeaux Métropole contribue à apporter des solutions pour réduire les inégalités sociales et alléger les charges des foyers les plus fragiles.
Rénovation CG33-La-Rivière-Soliance©AlbanGilbert

La Métropole crée un Fonds de solidarité climat afin de lutter contre la précarité énergétique, éradiquer les passoires énergétiques et permettre aux ménages d’engager une démarche de réhabilitation de leur logement. Avec ce fonds, la Métropole relève également le défi d’une Métropole à énergie positive à l’horizon 2050.

L’enjeu de ce fonds de solidarité climat est d’accompagner financièrement les habitants les moins aisés, premières victimes du mal-logement. Ainsi, le fonds de solidarité climat permet d’apporter aux ménages les plus fragiles un complément aux aides financières existantes.

Complémentaire au programme de rénovation énergétique

Ce dossier s’inscrit dans la continuité et en complément du programme de rénovation énergétique de l’habitat 2022-2026, adopté en conseil en mars dernier. Des modalités d’intervention sont proposés pour les logements individuels et les copropriétés :

Pour les maisons individuelles (qui représentent 59% des logements avec une étiquette énergétique de E à G), ce fonds propose une aide complémentaire aux aides de l’Etat et de la Métropole, de 5 000€ par logement pour les ménages dont les ressources sont considérées comme modestes ou très modestes. Pour les copropriétés, le fonds permettra de financer la réhabilitation des copropriétés cumulant les difficultés (techniques, financières, sociales et organisationnelles) et qui s’engagent dans une requalification globale.

Lutter contre le mal-logement

Dans la Métropole, on estime que 36 000 foyers en copropriétés vivent dans des conditions de précarité énergétique ; la moitié des foyers sont locataires dans un appartement du parc privé. Les copropriétés du Burck (Géraniums, Héliotropes, Iris) à Mérignac et la copropriété du Parc Palmer à Cenon seront notamment concernées.

Les petites copropriétés, nombreuses dans le centre historique de Bordeaux, constituent également une cible à fort enjeux. Au-delà des aides financières à la rénovation, Bordeaux Métropole s’appuiera sur l’activité d’opérateurs dédiés à l’accompagnement renforcé de ces copropriétés pour un coût d’animation estimé à 5 M€ servant un objectif potentiel de 2000 logements rénovés, avec une recette mobilisable de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) de 2,5 M€.

Actualités

Voir toutes les actualités