Fret fluvial : expérimenter une solution logistique qui limite embouteillages et pollution

Mis à jour le 5 octobre 2022

Bordeaux Métropole expérimente le transport de biens et de marchandises par le fleuve au plus proche du centre-ville permettant ensuite de réaliser le « dernier kilomètre » par vélo cargo. Trois sites sont testés mercredi 5 octobre 2022.

(c) Jean-Baptiste Menges / Bordeaux Métropole

Cette logique de transport est une piste pour approvisionner le cœur urbain de la métropole en réduisant la circulation de camions de livraison dans le centre-ville, limitant ainsi la pollution. 

Le fret fluvial, comment ça marche ?

Il faut tout d’abord trouver un site où convergent différents modes de transport (rail / route / bateau). La marchandise est acheminée par bateau vers un quai du centre-ville. Une flotte de vélo cargo assure le « dernier kilomètre » du trajet jusqu'au destinataire final.

Les vélos cargo ayant une capacité de 180 à 250 kg peuvent transporter colis, boissons et alimentation, papeterie, voire certains matériaux de construction. Il est possible d’optimiser le trajet du retour en emportant des produits destinés au recyclage depuis les différents points de livraison vers l'extérieur du centre-ville.

Une expérimentation sur trois sites

Cette journée d’expérimentation permet de tester différents système de manutention adaptés à la gestion de la marée et de vérifier la compatibilité de leur fonctionnement avec l’usage apaisé des quais; d’organiser l’interface des sites de logistique avec la flotte de vélos cargos chargés des livraisons sur le dernier kilomètre ; de vérifier la pertinence technique de l’acheminement de produits (notamment alimentaires) par voie fluviale.

Les trois lieux testés sont le quai de Bacalan, le quai Richelieu (ponton d’honneur) et le quai de la Grave. 

Ainsi, le temps d’une journée, des produits agricoles venus du Lot-et-Garonne seront déchargés sur le ponton Richelieu, des matériaux de construction arriveront quai de Bacalan et des biodéchets collectés en bac feront l’objet d’un chargement sur bateau depuis le quai de la Grave.

L’objectif de cette journée d’expérimentation est de tester en réel un mode de transport des marchandises sous-employé à l’heure actuelle.

Une expérimentation pour quelles perspectives ?

L’expérimentation permet tout d’abord à Bordeaux Métropole de vérifier la possibilité technique de redéployer des sites de logistique fluviale en cœur de ville sans renoncer au caractère apaisé et à la qualité patrimoniale des quais tels qu’ils se présentent aujourd’hui. Elle vise également à nouer des partenariats avec des acteurs privés qui sont dans cette démarche de changement et qui sont prêts à tester une nouvelle organisation d’acheminement de leurs marchandises.

Un bilan complet de cette journée d’expérimentation réalisé par la Mission fleuve de Bordeaux Métropole va permettre de lister les points forts et les points d’amélioration des process de déchargement sur les quais. A la lumière de ces enseignements, la possibilité de pérenniser le fret fluvial sur la Garonne sera étudiée.

Cette expérimentation, soutenue par la Banque des Territoires, est aussi le fruit de l’engagement de plusieurs acteurs publics ou privés : La Banque des territoires, La Région Nouvelle-Aquitaine, Le Grand port maritime de Bordeaux, la CDC Confluent et coteaux, Garonne fertile, Restovalor, l’Ademe, Biocoop, Manger Bio Sud Ouest, Voie navigable de France (VNF), Abconstruction bois, Vetermat, L’équipage, la société lamanage port de bordeaux, Balineau

Contact : Francois LE GAC, f.legac@bordeaux-metropole.fr

Actualités

Voir toutes les actualités