Fouilles préventives places Rohan et Pey Berland à Bordeaux

Mis à jour le 6 avril 2021

Une fouille préventive est en cours sur la place Rohan, préalablement à la création d’un îlot de fraîcheur, afin d’étudier les vestiges conservés en sous-sol.

Objectif de la fouille

Le projet de végétalisation entraine des creusements sur la place Rohan, sur des zones où des fouilles voisines ont montré que de nombreux vestiges sont conservés en sous-sol. L’Etat prescrit donc une fouille avec l’objectif d’extraire un maximum de savoir sur des vestiges qui vont être détruits. La fouille permet donc à la ville de continuer à avancer tout en enrichissant la connaissance de son passé et de son patrimoine.

Les vestiges au cours des siècles

IIIe siècle Construction du premier rempart encerclant la ville, la place en occupe alors l’angle sud-ouest.

IVe-Ve siècles Implantation d’un quartier cathédral pouvant contenir une église antérieure à l’actuelle Saint-André, les édifices complémentaires de Notre-Dame-de-la-Place, sa voisine l’église Saint-Sauveur et l’église Saint-Paul, auxquelles il peut être ajoutée celle mise au jour lors des diagnostics archéologiques de 2002-2003 et qui est datée du IVe siècle.

Xe-XIe siècles Construction d’un édifice probablement plus vaste et marquant à lui seul la fonction cathédrale.

La partie la plus ancienne de la cathédrale actuelle est sa façade occidentale attribuée au XIe siècle. Un cloître, dont la plus ancienne mention remonte à 1124, est aménagé dans l’espace étroit disponible entre le rempart du Bas-Empire et le nouvel édifice [MJ1] La cathédrale ne cesse d’être remaniée dès le XIIe siècle (nef, porche au nord, transept ? chevet ?), puis au XIIIe siècle (nef) et au XIVe siècle (parties orientales) lui conférant l’essentiel de son parti actuel.  De multiples reprises sont encore réalisées au cours des XVe et XVIe siècles.

1440 Construction de la tour Pey Berland par l’archevêque dont elle porte le nom.

1771 L’archevêque Ferdinand Mériadec de Rohan commande la construction d’un palais pour y résider. Achevé en 1778, il est alors le plus grand édifice privé de la ville, siège et lieu de représentation du pouvoir archiépiscopal. Le palais devient successivement, au gré des changements politiques, palais impérial en 1808, palais royal en 1814 et hôtel de ville en 1835.

Fin du Second Empire Un vaste programme d’urbanisme est entamé, marqué par la restructuration complète du quartier visant à dégager l’espace tout autour de la cathédrale. Plusieurs ilots sont démolis, faisant disparaître les rues qui les séparaient, et le cours Alsace-et-Lorraine est aménagé le long de la place au sud, générant le démantèlement du cloître gothique et du rempart antique.

Calendrier du chantier

Compte tenu des nouvelles dispositions sanitaires, les visites des fouilles archéologiques de Pey-Berland sont annulées.

Actualités

Voir toutes les actualités