Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

REGARD - Pollution des milieux aquatiques

Mis à jour le 19 septembre 2017

« REGARD » : un programme de recherche local sur la pollution des milieux aquatiques par les micro-polluants.

Vue sur une jalle

Le projet REGARD

Bordeaux Métropole porte ce programme ayant pour objectif la protection et l’amélioration de la qualité de l’eau des milieux naturels. C’est un projet local portant sur l’ensemble du territoire de l’agglomération bordelaise et mettant en œuvre ses différents acteurs, mais à vocation et retombées nationales.

Actualités

Contexte

La pollution de l’eau par les micropolluants est un problème de plus en plus préoccupant, tant d’un point de vue environnemental que sanitaire. Connaitre et réduire cette pollution devient alors un enjeu primordial. C’est pourquoi en juin 2013, l’ONEMA (office national de l’eau et des milieux aquatiques), les agences de l’eau et le Ministère en charge en charge de l’écologie, en partenariat avec le Ministère de la santé, ont lancé un appel à projet national intitulé « lutter contre les micropolluants dans les eaux urbaines ». REGARD (REduction et Gestion des micropolluAnts sur la métRopole borDelaise) est l’un des 13 projets retenus dans le cadre de cet AAP.

Appel à projet onema.fr/plus-sur-l-AAP

Présentation

Les sources de micropolluants en milieu urbain sont multiples : ruissellement des eaux de pluie, pratiques domestiques, activités industrielles et artisanales, établissement de soins, etc. Le défi relevé par REGARD est de proposer une vision globale et intégrée de ces flux de micropolluants à l’échelle d’un territoire urbain en développement, la métropole de Bordeaux. Le but est d’aider la collectivité à orienter ses choix et à déterminer la meilleure stratégie de lutte contre ces pollutions lui permettant d’atteindre les objectifs de la DCE (Directive Cadre sur l’Eau).

> developpement-durable.gouv.fr/Les-objectifs.html

Le projet vise donc à caractériser la pollution associée à quatre sources d’émission (pluviale, domestique, industrielle et hospitalière) étudiées en parallèle, à proposer une hiérarchisation des risques vis-à-vis de l’impact de cette pollution sur la qualité des milieux aquatiques et enfin à tester et évaluer des actions de réduction des impacts (mesures comportementales, organisationnelles ou de traitement).

Concrètement, dans une 1ère phase du projet, un grand nombre de micropolluants organiques et métalliques sont recherchés sur plus de 70 sites (cf. carte): eaux pluviales (quartier résidentiel, parkings, terrain de foot, rocade), eaux usées d’origine domestique, hospitalière et industrielle, eaux usées brutes, traitées et boues de station de traitement des eaux usées, ou encore milieu naturel. Des analyses biologiques en laboratoire et en rivières sont aussi pratiquées afin de mettre en évidence des effets toxiques au niveau cellulaire ou au niveau de l’organisme. L’ensemble de ces analyses doit permettre d’identifier les micropolluants sur lesquels une action de réduction des émissions doit être menée en priorité à l’échelle de la métropole. En parallèle, des études sociologiques et des enquêtes d’usages permettront d’identifier les leviers d’actions possibles au niveau de chaque source.

Chiffres clés
  • 73 sites de prélèvements
  • 224 échantillons d’eau
  • 45 échantillons solides
  • 233 molécules analysées
  • 330 capteurs passifs installés
  • 1200 Corbicula fluminea (palourde d’eau douce) exposés

La deuxième phase du projet est consacrée à la mise en œuvre d’un plan d’actions de différentes solutions de réduction. En parallèle, un suivi chimique et biologique est réalisé afin de vérifier leur efficacité, ainsi qu’une analyse socioéconomique permettant de renseigner les coûts et l’acceptabilité des solutions proposées.

Objectifs et enjeux

Le projet REGARD est un programme global et intégré, ayant pour objectif de traiter la question des micropolluants sur le territoire de Bordeaux Métropole depuis l’ensemble des sources émettrices existantes jusqu’à leur devenir dans le milieu naturel. En effet, le projet étudie en détail, les sources pluviales, domestiques, industrielles et hospitalières de ces micropolluants et ce, depuis la phase de caractérisation de ces molécules jusqu’à la mise en œuvre et l’évaluation d’actions de réduction sur le terrain.
Si l’objectif général du projet est d’orienter les choix de gestion de Bordeaux Métropole pour la réduction des micropolluants sur son territoire, une attention particulière sera portée à la reproductibilité et à la transférabilité des méthodes et solutions mises en œuvre.

Les bénéfices apportés par le projet à l’échelle nationale seront de plusieurs types :

  • Environnementaux, par la production de connaissances nouvelles, de développement technologique, de réponses/manuels opérationnels/ outils/méthodes et aide à la décision pour les gestionnaires de réseau et les collectivités,
  • Sociétaux, par l’amélioration de l’état des masses d’eau et des ressources en eau potable, du cadre de vie des usagers mais aussi par la fourniture d’une information et de messages de sensibilisation au grand public toujours désireux de comprendre l’environnement qui les entoure, l’impact de leurs pratiques sur cet environnement et de connaître les bonnes pratiques,
  • Économiques, en fournissant une lecture économique des solutions préconisées, afin de conclure quant aux scénarios les plus coût-efficaces au regard des enjeux de réduction de la pollution et des contraintes actuelles des collectivités territoriales.

Pour remplir sa mission, REGARD va devoir apporter des réponses aux différentes questions indiquées ci-dessous. Chaque question correspond à une tâche du projet.

Organisation

Le projet REGARD est organisé en 6 lots :

  • Lot 0 : coordination scientifique et administrative du projet
  • Lot 1 : identification et caracterisation des substances et des
  • sources sur le territoire urbain de bordeaux metropole
  • Lot 2 : diagnostic et priorisation des risques a l’echelle du
  • territoire
  • Lot 3 : mise en oeuvre des actions de reduction de mp sur les sites d’experimentation
  • Lot 4 : suivi et evaluation des gains des differentes solutions mises
  • en œuvre
  • Lot 5 : valorisation / communication / médiation scientifique / transfert

Durée du projet : mars 2015 à mai 2019

Gouvernance

Comité de pilotage

Le comité de pilotage est l’instance privilégiée de communication entre les partenaires :

  • statue sur l’orientation stratégique et scientifique du Projet
  • statue sur l’avancement des taches
  • statue sur les éventuelles modifications a apporter aux contributions
  • valide les livrables et les rapports d’avancement
  • veille au respect des échéances
  • contrôle le respect des règles de confidentialité

Règles de fonctionnement :

  • Composition : 1 représentant par partenaire +, en fonction de l’ordre du jour, 1 ou 2 invités externes porteurs d’un autre projet de l’ AAP de l’ONEMA ayant des problématiques d’étude communes avec REGARD
  • Fréquence : 2 réunions / an

Comité de suivi élargi  «  REGARD citoyen sur les micropolluants »

Ce Comite de Suivi Local permettra d’informer régulièrement (1fois par an) les parties prenantes, de les faire adhérer à la démarche et enfin de diffuser les résultats et les avancées à l’ensemble des acteurs du territoire.
Il regroupera différents acteurs socio-économiques du territoire impliqués dans la préservation des milieux aquatiques, la gestion des eaux urbaines ou la vie socio-économique locale (partenaires institutionnels, société civile organisées, associations, chambres consulaires… représentant près de 200 entités).

Partenaires

Un consortium composé de 9 partenaires a été constitué pour mener à bien  le projet REGARD :

Porteur administratif :

  • Bordeaux Métropole

Coordinateur et animateur scientifique :

  • Le LyRE (Centre de recherche SUEZ)

Laboratoires de recherche publics & privé :

  • EPOC (micropolluants organiques, métaux et éco toxicologie), Université de Bordeaux
  • IRSTEA ETBX (sociologie et économie)
  • UMR ADESS/PASSAGES (écologie humaine), Universités de Montaigne / Bordeaux
  • Département de psychologie sociale, Université de Bordeaux
  • INERIS (Institut national de l’environnement industriel et des risques)
  • CIRSEE (SUEZ)

Association d’éducation à l’environnement :

  • Cap Sciences

Bordeaux métropole

Bordeaux Métropole (direction de l’eau) est le porteur du projet REGARD.

  • Assure la coordination administrative et financière du projet
    • la gestion des conventions avec l'ONEMA/ Agence de l'Eau Adour Garonne pour le versement des financements et des conventions bipartites avec les partenaires du consortium,
    • la gestion financière du projet (gestion des fonds perçus et règlement des dépenses),
    • le rapport annuel de suivi des dépenses.
  • Responsable de la valorisation du projet en tant que porteur en lien avec le LyRE et les scientifiques.

bordeaux-metropole.fr/Vivre-habiter/Eau-Gaz-Electricite/Eau-potable

Le LyRE

Le LyRE, centre du recherche de SUEZ, est localisé à Bordeaux et assure dans le cadre de REGARD :

  • L’animation scientifique du projet :
    • le pilotage et la coordination générale du projet, l’animation du consortium et de la gouvernance du projet
    • la coordination des partenaires et le pilotage des taches du projet
    • le lien avec les projets déjà piloté pour Bordeaux Métropole sur le territoire : ETIAGE, Plan Micropolluants Bordeaux Métropole, projet RESEAU...
    • la valorisation du projet avec Bordeaux Métropole (site internet, conférences scientifiques, ...) et les autres scientifiques du projet.
  • L’expertise métier en matière de connaissance des systèmes eau et d’assainissement et lien avec la collectivité et l’exploitant de l’assainissement (SGAC)
  • Les opérations de recherche spécifiques comme l’ensemble des actions terrain et la réalisation des campagnes de mesures, les différentes actions sur le pluvial et l’analyse globale des enjeux politiques et sociétaux.

le-lyre.fr

suez-environnement.fr

L’université de Bordeaux

Trois équipes scientifiques du laboratoire de recherche EPOC, UMR de l’Université de Bordeaux et du CNRS sont impliquées :

  • L’équipe LPTC (Laboratoire de Physico-chimie et Toxico-Chimie de l’Environnement) du laboratoire EPOC
  • L’équipe TGM (Transfert Géochimique des Métaux) du laboratoire EPOC
  • L’équipe EA ( Ecotoxicologie Aquatique) du laboratoire EPOC

Ces équipes seront responsables, chacune dans leur domaine, des volets identification des substances et caractérisation de l’impact et de l’évaluation éco-toxicologique et environnementale.

epoc.u-bordeaux.fr

epoc.u-bordeaux.fr/index.php?lang=fr&page=eq_tgm1

epoc.u-bordeaux.fr/index.php?lang=fr&page=eq_lptc1

epoc.u-bordeaux.fr/index.php?lang=fr&page=eq_ea1

labopsycho.u-bordeaux2.fr

L’université de Bordeaux Montaigne

UMR ADESS/PASSAGES 5185 : Aménagement Développement Environnement Santé et Sociétés.
Associée à l’ENSEGID et EA4139 « Psychosociologie, santé et bien-être » de l’Université de Bordeaux ».
Ces équipes participeront à la sélection des sites d’étude, la description et la caractérisation des substances et aux actions relatives à la source domestique.
ades.cnrs.fr

u-bordeaux-montaigne.fr/fr/recherche/equipes_de_recherche/ghymac.html

Le Cirsee

Le CIRSEE, centre de recherche de SUEZ, est spécialisé dans les domaines de l’eau et des déchets est concerné par les volets de mise en œuvre des actions sur les sources industrielles et pluviales.

suez-environnement.fr/innovation-2/la-force-dun-reseau-internationnal-de-centres-de-recherche/cirsee/

L’INERIS

L’INERIS (Institut National de l’EnviRonnement Industriel et des RisqueS) établissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle du ministère chargé de l’Écologie, Il a pour mission de contribuer à la prévention des risques que les activités économiques font peser sur la santé, la sécurité des personnes et des biens, et sur l’environnement.

Deux équipes scientifiques de la Direction des Risques Chroniques sont impliquées :

  • L’équipe CIME (Chimie, métrologie et essai)
  • L’équipe ECOT (Ecotoxicologie in vitro et in vivo)
  • L’INERIS sera responsable des volets diagnostic et hiérarchisation des risques.

ineris.fr

Irstea

L’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture) via son équipe EADT (UR ETBX) travaillera sur les aspects sociologique et économique des enjeux sociétaux que soulève la problématique des micropolluants :

  • Mise en œuvre des solutions de réduction des MP (source hospitalière)
  • Suivi et évaluation économique des solutions de réduction des MP

irstea.fr/linstitut/nos-centres/bordeaux

Cap sciences

Avec 220 000 visiteurs/an pour ses présentations, dont 100 000 visiteurs sur le site principal et l’autre partie en itinérance, Cap Sciences est le partenaire responsable de la médiation scientifique du projet. Il mettra en œuvre de nouvelles formes de médiation et assurera le dialogue sciences-société sur la problématique des micropolluants en milieu urbain et notamment une sensibilisation aux enjeux et aux risques environnementaux et sanitaires auprès du grand public (connaissance et actions de la source domestique, exposition itinérantes…)
cap-sciences.net

Financement

Le projet est financé à hauteur de 49% par l’ONEMA (office national des Milieux aquatiques) et l’Agence de l’Eau Adour Garonne Le reste du financement est apporté par les différents partenaires suivant le détail suivant.

Partenaires

Budget
(en K€ net de taxes)

Subventions ONEMA

Subventions Agence de l'eau

Auto-financement

Bordeaux Métropole

144

72

72

LyRE SUEZ

1 296

204

317

778

Université Bordeaux / CNRS

881

231

207

441

IRSTEA

270

185

85

ADESS/PASSAGES

157

78

78

EA 4139 UB

88

42

46

CIRSEE SUEZ

136

49

6

80

INERIS

130

91

39

Cap Sciences

134

107

6

TOTAL

3 236

987

602

1 625

http://www.onema.fr/
http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/index.html

Quels sont les autres projets de l’ AAP ?

http://www.onema.fr/LUTTE-CONTRE-LES-MICROPOLLUANTS

Les micropolluants

Qui sont-ils ?

Les micropolluants, ou MP, sont des composés susceptibles d'avoir une action toxique sur les organismes vivants (plantes, algues ou animaux voire l’homme) d’un milieu donné, à des concentrations infimes, de l’ordre du microgramme (10-6 gramme) ou du nano-gramme (10-9 gramme) par litre.

Pour avoir un ordre d’idée de ce que ces concentrations représentent, il faut se représenter la quantité de quelques grains de sucre solubilisés dans une piscine olympique.

L’appellation MP englobe des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de composés chimiques que l’on peut classer selon :

  • leurs origines :
    • naturelle comme par exemple les métaux (ex. le fer qui donne la couleur rouille à certaines terres) ou les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) (ex. le benzo(a)pyrène1 qui peut provenir des éruptions volcaniques ou des feux de forêt)
    • anthropique comme par exemple les PolyChloroBiphényles (PCB) utilisés dans les transformateurs électriques1
  • leurs usages : pesticides, médicaments, produits d’hygiène (cosmétiques), etc.
  • leurs effets sur la santé humaine comme par exemple les perturbateurs endocriniens ou les composés CMR (cancérigène/mutagène/reprotoxique),
  • leurs effets sur l’environnement comme la féminisation des poissons2 ou la disparition des vautours au Pakistan3
  • leurs propriétés physico-chimiques : les métaux vs les molécules organiques4, les molécules hydrophiles vs hydrophobes
  • les cadres réglementaires qui les concernent : composés règlementés vs composés émergents
D’où viennent-ils ?

Comme les MP sont présents dans de très nombreux produits, leurs sources en milieu urbain sont diverses et sont liées aux usages que l’on fait de ces produits : usages domestiques, industriels, agricoles, artisanaux, hospitaliers, etc. De fait, leurs origines dans l’environnement sont multiples mais les voies d’introduction dans les milieux aquatiques peuvent se résumer à 3 : les eaux usées, les eaux pluviales et les déversements directs ou diffus.

Les MP sont présents dans des produits que nous utilisons tous les jours (cf Figure 1) pour des raisons personnelles/domestiques (exemple : santé, hygiène, entretien de la maison ou du jardin, déplacements, etc.) ou professionnelles (exemple : industrie, agriculture, centre de soin, etc.).

Figure 1 Les différentes sortes de MP (source : Les cahiers Eau service, supplément technique du n°34,2011).

Figure 2 Origine des micropolluants dans l'environnement (source : Les cahiers Eau service, supplément technique du n°34,2011).

Quels sont leurs impacts ?

Impacts sur les milieux aquatiques

De par leur définition, les micropolluants peuvent avoir des effets toxiques sur les organismes vivants. Les effets visibles dans le milieu naturel concernent surtout : une diminution de la croissance des organismes, voire une augmentation de leur mortalité, ainsi qu'une perturbation de leur fonctionnement (alimentation, reproduction, respiration, etc.).

Impact sur l’homme

Les micropolluants peuvent passer de l'environnement à l'homme de différentes façons (cf. figure 3).

Figure 3 : Les voies d'exposition de l'Homme aux micropolluants (source : dossier de presse, Agence de l’eau Seine Normandie, La pollution des Rivières à l’heure des micropolluants, 2014).
L’homme peut être exposé aux MP via les milieux aquatiques principalement dans 3 situations : i) lorsqu’il se baigne dans une zone polluée ; ii) lorsqu’il consomme des produits (poissons, coquillage, fruit de mer, etc.) issus de zones polluées ; ou iii) lorsqu’il boit une eau polluée.

Comment sont-ils réglementés ?

Les micropolluants se trouvent au carrefour de beaucoup de textes législatifs, dans une réglementation complexe.

Au niveau Européen, il y a 2 textes principaux :

  • La Directive Cadre sur l’Eau (DCE) de 2000 et ses directives filles de 2008, 2013
  • Le règlement REACH (Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals ou en français enRegistrement, Evaluation et Autorisation des produits Chimiques)

Au niveau français, plusieurs plan d’actions sont lancés afin notamment de respecter les objectifs de la DCE :

  • Le Plan Micropolluants (2016-2021) établi par les Ministères de l’Ecologie, de la Santé et de l’Agriculture
  • L’action nationale RSDE (recherche des substances dangereuses pour l'environnement)
  • Le Plan PCB (Polychlorobiphényls 2008/2013),
  • Le plan national des résidus médicamenteux
  • Le Plan écophyto 2018

Galerie photo

Micro-trottoir

Publications & Documents

Document Format / Poids
 REGARD : programme de recherche local sur la pollution des milieux aquatiques par les micro-polluants

REGARD : programme de recherche local sur la pollution des milieux aquatiques par les micro-polluants

Pdf / 1.98 Mo

Publié le 01/06/2017

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-01_Pourquoi-s-interessser-aux-micropolluants

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-01_Pourquoi-s-interessser-aux-micropolluants

Pdf / 3.46 Mo

Publié le 01/06/2017

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-02_Pourquoi-un-projet-comme-REGARD

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-02_Pourquoi-un-projet-comme-REGARD

Pdf / 1.73 Mo

Publié le 01/06/2017

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-03_Quels-sont-les-defis-releves-par-REGARD

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-03_Quels-sont-les-defis-releves-par-REGARD

Pdf / 2.54 Mo

Publié le 01/06/2017

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-04_Quelle-participation-citoyenne

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-04_Quelle-participation-citoyenne

Pdf / 2.74 Mo

Publié le 01/06/2017

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-05_Quelles-attentes-au-national

Regard citoyen-1_2016-03-24_Vfinale_partie-05_Quelles-attentes-au-national

Pdf / 1.93 Mo

Publié le 01/06/2017

Actualités

Voir toutes les actualités