Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Ma métropole sans pesticide

Mis à jour le 1 mars 2017

La Loi interdit l'usage des produits phytosanitaires sur les espaces publics à compter du 1er janvier 2017. Bordeaux Métropole arrête l’utilisation de pesticides sur les trottoirs, accotements de voirie, places et dans les rues, parcs, jardins et squares. La propreté, la circulation piétonne sur les trottoirs et la sécurité des usagers ne sont pas affectées par la suppression de ces produits, polluants et dangereux pour la santé.
Fleurs poussant dans un caniveau (c) Remi Magne

Un pesticide, c'est quoi ?

Un pesticide ou produit phytosanitaire est un produit contenant une substance dite active mélangée à des adjuvants, répandu sur des végétaux pour lutter contre des organismes considérés comme « nuisibles » (insectes, champignons, végétaux, limaces, etc).

Pourquoi arrêter l'usage des pesticides en ville ?

Pour préserver les sols, l’eau et la biodiversité
Les résidus de pesticides infiltrés dans la terre se transforment en divers composés chimiques toxiques, qui affaiblissent la fertilité des sols à long terme et se retrouvent in fine dans l’alimentation.

La petite faune du sol (vers de terre, mille-pattes, acariens...) est aussi largement impactée par cette pollution.
Le risque de contamination des eaux est aggravé en dehors des zones agricoles en raison du transfert accéléré des pesticides vers les points d’eau. En effet, les traitements sont souvent réalisés sur des surfaces imperméables et à proximité des points d’eau.

Le saviez-vous ?

1 gr de matière active rend impropre à la consommation 10 000 m3 d’eau, ce qui représente une hauteur de 1 m d’eau sur un terrain de foot !

Pour protéger l'Homme et sa santé
Les pesticides sont conçus pour détruire des organismes vivants indésirables, et les êtres humains peuvent être des cibles involontaires par ingestion, respiration et simple contact.
De nombreuses études démontrent que l’usage des pesticides est à l’origine d’intoxications ou de réactions allergiques, notamment chez les plus jeunes. Les troubles neurologiques, cognitifs ou comportementaux, la baisse de la fertilité, les anomalies de développement du fœtus, le développement de maladie comme les cancers ou les leucémies peuvent être corrélés à l'usage des pesticides.

Un retour attendu de la nature en ville

En zone urbaine, l’arrêt des pesticides va favoriser une végétation là où nous n'avions plus l'habitude de la trouver : sur les trottoirs, les places, les parcs et jardins, les terre-pleins le long de la route.

Nous devrons donc modifier notre perception des espaces publics en acceptant la présence de cette végétation spontanée.
Contrairement aux pesticides qui sont dangereux pour la santé et l'environnement et dont la durée de vie peut être de plusieurs années, les herbes « mauvaises » ne sont ni sales, ni dangereuses !

Un entretien déterminé par l’usage de l’espace public

S’il n'est ni indispensable ni souhaitable de tout désherber, Zéro pesticide ne signifie pas pour autant « Ne rien faire ».

L'usage du lieu public définit à présent le degré de gestion et d'intervention de Bordeaux Métropole sur la végétation :

  • la sécurité des usagers de la route est toujours assurée et une bande de 1 m le long des routes est régulièrement fauchée,
  • les cheminements piétons peuvent être désherbés pour assurer un confort aux usagers par diverses techniques,
  • la végétation est fauchée 1 ou 2 fois par an sur les espaces où les passages sont faibles et ne mettent pas les usagers en danger : certaines pelouses ou prairies, pieds d'arbres, accotements de voirie et fossés, trottoirs enherbés. La biodiversité et les habitats naturels sont ainsi préservés.

Des techniques alternatives aux herbicides permettent, si nécessaire, d’éliminer ou empêcher la levée des herbes indésirables :

  • installation de plantes couvre-sol
  • désherbage manuel ou mécanique (avec des outils ou machines adaptés)
  • désherbage thermique (eau chaude, flamme)
  • fleurissement ou plantation de trottoirs.

Chez vous, comment jardiner autrement ?

La commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites à partir du 1er janvier 2019.
Contribuez d’ores et déjà à lutter contre la dissémination des pesticides dans l’environnement en adoptant l’objectif Zéro pesticide pour votre jardin.

  • Stoppez les pesticides et désherber manuellement quand cela est nécessaire,
  • paillez vos massifs,
  • favorisez les espèces végétales locales adaptées au climat et aux sols,
  • réglez votre tondeuse à 6 cm de hauteur pour favoriser le gazon au détriment des mousses et herbes indésirables,
  • offrez des gîtes aux auxiliaires, ils vous aideront à lutter contre les « envahisseurs » : le hérisson raffole des escargots et des limaces, la coccinelle se régale des pucerons…

Pour aller plus loin :

Émission de la maison écocitoyenne

Les pesticides

Références réglementaires :

  • Loi n° 2014-110 du 6 février 2014, visant à mieux encadrer l'utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national, dite loi Labbé
  • Loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte

Actualités

Voir toutes les actualités