Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Les réseaux de chaleur

Pour se chauffer, une solution économique et écologique existe : les réseaux de chaleur.
Tuyaux réseau de chaleur - Photo : reseaux-chaleur.cerema.fr

Qu'est-ce qu'un réseau de chaleur ?

Les réseaux de chaleur permettent de chauffer un ensemble de bâtiments grâce à une grosse chaufferie collective et des canalisations isolées situées sous les voiries, acheminant l’eau chaude au pied de chaque bâtiment, où elle est ensuite redistribuée par le chauffage central.

schéma fonctionnement réseaux de chaleur

Schéma réalisé par le ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer

La chaufferie collective est alimentée majoritairement par une énergie renouvelable : bois-énergie, géothermie, chaleur récupérée sur l’incinération des déchets,…

Ces réseaux sont alors une solution efficace et économique pour produire d'importantes quantités d'énergies  renouvelables qui sont parfois difficiles d'accès pour un bâtiment seul.

Publics ou privés, ces réseaux devraient être fortement développés, modernisés, étendus et densifiés au cours des prochaines années, afin de contribuer aux objectifs nationaux et locaux en matière de transition énergétique

Les réseaux de chaleur les plus importants sur l'agglomération bordelaise :

  • Les Hauts de Garonne (Lormont, Cenon, Floirac), alimentés par la chaleur issue de l’usine d’incinération des déchets de Cenon et par la chaufferie bois de Lormont-Les Akènes
  • Le quartier Ginko à Bordeaux, alimenté par une chaufferie bois
  • Les quartiers Bacalan et Bassins à flots à Bordeaux, alimentés par une chaufferie bois et par la récupération de chaleur sur les eaux usées
  • Les hôpitaux Pellegrin et Charles Perrens à Bordeaux, alimentés par une chaufferie bois
  • Le quartier Mériadeck à Bordeaux, alimenté par la géothermie
  • L’Université de Bordeaux, secteur Sciences et technologies, alimentée par une chaufferie gaz et bois
  • Le quartier de Pessac–Saige, alimenté par la géothermie
  • La Base Aérienne 106 à Mérignac, alimentée par la géothermie
  • Le quartier Bordeaux-Saint Jean Belcier en cours de construction dans le cadre du projet Euratlantique, alimenté depuis l’hiver dernier par la chaleur issue de l’usine d’incinération des déchets de Bègles.

Les quartiers en projets sur la Rive Droite (Brazza, Niel et Garonne-Eiffel) seront desservis par un réseau de chaleur alimenté par la géothermie

En savoir plus :

Ministère de la Transition écologique et solidaire

Bordeaux Métropole, UN TERRITOIRE À ÉNERGIE POSITIVE

Notre objectif : concilier développement des réseaux de chaleur et recherche du mix énergétique

Le développement des réseaux de chauffage urbain, à base d’énergies renouvelables et de récupération, figure en bonne place dans la boîte à outils constituée par la métropole bordelaise, responsable de la gestion des réseaux de chaleur depuis le 1er janvier 2015.

Hauts de Garonne

Réseau « historique », le réseau de chauffage des Hauts de Garonne, géré dans le cadre d’une délégation de service public et alimenté par l’usine d’incinération des déchets ménagers de Cenon, dessert 12 000 logements soit 140 GWh distribués chaque année, sur les communes de Cenon, Floirac et Lormont (21 km de long). Ce réseau utilise 80 % d’énergies renouvelables.

De plus, la chaufferie biomasse permet de fiabiliser le service. Autre outil « historique » : le réseau déployé à l’échelle du quartier Mériadeck (3 km de long), alimenté par des forages géothermiques qui produisent une eau à 50°C. Ce dernier dessert une vingtaine de bâtiments en cœur de ville, dont la mairie de Bordeaux.

Saint-Jean Belcier

Le quartier Saint-Jean Belcier à Bordeaux, situé dans le périmètre de l’OIN Bordeaux Euratlantique, bénéficie d’un réseau de chaleur depuis fin 2016.

Connecté à l’usine d’incinération des déchets ménagers implantée à Bègles, ce réseau de 9,3 km (17 km avec les extensions possibles) est capable d’alimenter 18 000 équivalents logements et 1, 2 millions m² de bâtiments. Le réseau de chaleur permettra à terme d’alimenter le quartier en utilisant 90 % d’énergie renouvelable et de récupération. Une chaudière au gaz naturel fera l’appoint des 10 % restant.

Plaine rive droite

Un réseau de chaleur est également prévu, dans le cadre d’une délégation de service public de 30 ans, plaine rive droite à Bordeaux (2 millions de m² de surface de plancher).

A l’hiver 2018-2019, il devrait notamment desservir les quartiers Bastide-Niel, Brazza et Benauge à Bordeaux, et le secteur Garonne Eiffel. Ce réseau de 25 km sera alimenté par des forages géothermiques d’une profondeur de 1 700 m et une chaufferie gaz d’appoint. Le réseau d’une puissance de 44 MW permettra de fournir une chaleur issue à 82 % d’énergie renouvelable et d’alimenter plus de 28 000 équivalents logements.

D’autres réseaux de chaleur publics sont actuellement à l’étude, notamment sur Bordeaux, Mérignac, Pessac, le Haillan et Talence.

L'écoquartier Ginko

Couvrant 32 ha, l’écoquartier Ginko à Bordeaux Lac constitue une vitrine en matière de développement durable. Desservi par le tramway, il s’organise autour d’un réseau de chaleur 100 % renouvelable de 6 km, alimenté par une chaudière biomasse (16 500 MWh produits annuellement).

Pour assurer le rafraîchissement des bureaux et commerces, un procédé innovant de rafraîchissement a également été mis en oeuvre, via une boucle d’eau tempérée. Il s’agit d’un réseau privé.

Bassins à flot

Le quartier des Bassins à flot à Bordeaux s’étend sur une surface de 162 ha.

Pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire des 5 400 logements du projet, une solution ambitieuse a été retenue qui s’appuie sur un mix énergétique géré par un opérateur privé : le réseau de chaleur est alimenté au nord par une chaufferie biomasse (27 GWh produits annuellement) et, au sud, par la récupération des calories issues des eaux traitées par la station d’épuration Louis Fargue.

A terme, le développement des réseaux de chaleur permettra de couvrir les besoins en chaleur issue d’une ressource renouvelable et locale de plus de 45.000 logements soit 12 % des logements actuels de la Métropole.