Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Pont de pierre : l’expérience de réservation aux piétons, vélos et transports en commun prolongée de six mois

Se déplacer, Transports - Déplacements, Environnement, Santé -
Communiqué de presse

Publié le 22 janvier 2018

Les élus de Bordeaux Métropole, de Bordeaux et des communes de la rive droite se sont réunis ce lundi 22 janvier autour d’Alain Juppé pour faire le point sur l’expérimentation de réservation du pont de pierre aux piétons, vélos et transports en commun. Au regard des éléments présentés, les élus ont décidé de prolonger l’expérimentation jusqu’à la fin du mois de juin, date à laquelle une décision définitive pourra être prise.

Pont de pierre : l’expérience de réservation aux piétons, vélos et transports en commun prolongée de six mois

Les élus de Bordeaux Métropole, de Bordeaux et des communes de la rive droite se sont réunis ce lundi 22 janvier autour d’Alain Juppé pour faire le point sur l’expérimentation de réservation du pont de pierre aux piétons, vélos et transports en commun. Au regard des éléments présentés, les élus ont décidé de prolonger l’expérimentation jusqu’à la fin du mois de juin, date à laquelle une décision définitive pourra être prise.

La mise en place d’un double plan d’accompagnement a par ailleurs été actée, à mettre en œuvre dès le début du printemps :

-     reconfiguration du carrefour du Belvédère au débouché du pont Saint-Jean en rive droite, qui devrait donner une capacité supplémentaire d’écoulement du trafic de l’ordre de 400 véhicules (l’équivalent de la réouverture du pont de pierre à l’heure de pointe),

-     extension de la capacité du parc relais Galin (50 places),

-     prolongement de la Citeis 45 (centre commercial de Bouliac),

-     mise à 4 voies du pont François Mitterrand dans le sens Floirac - rive gauche en chaussée intérieure (prise sur la bande d’arrêt d’urgence) permettant une meilleure insertion des véhicules souhaitant accéder à la voie sur berge rive gauche. Pour mémoire, la suppression de la piste cyclable, source du rétrécissement en chaussée extérieure, est programmée pour la fin de l’année 2018.

A destination des commerces du quartier Bastide, plusieurs mesures vont être étudiées dans les semaines qui viennent : aménagements facilitant l’accessibilité des commerces en voiture (possibilité de faire demi-tour sur l’avenue Thiers en arrivant sur la place Stalingrad, création de nouvelles places de stationnement minute, arceaux vélos), révision des droits de voirie, programme d’animations sur la place Stalingrad et l’avenue Thiers, promotion des commerces de la rive droite auprès des habitants et des employés des entreprises présentes dans le quartier Bastide…

Davantage de personnes qui traversent aujourd’hui le pont de pierre

Cette expérimentation, lancée le 1er août 2017, aura été sans conteste un grand succès pour la promotion des modes de déplacements alternatifs. En moyenne, la fréquentation des vélos a dépassé les 9 000 vélos par jour ouvré, soit une progression de l’ordre de + 22%. L’expérimentation s’est aussi accompagnée d’une forte hausse de l’usage des transports en commun et de la marche à pied sur le pont : si l’on compare avec la situation antérieure, davantage de personnes traversent chaque jour le pont de pierre à l’heure de pointe. Il a également été rappelé que le pont de pierre était, avant l’expérimentation, un des principaux points noirs de la Métropole, n’assurant que 3% des traversées automobiles de la Garonne, entre la rive droite et la rive gauche, à l’heure de pointe du matin.

Les constats suivants ont été mis en avant :

-     les temps de parcours entre la rive droite et le centre de Bordeaux en rive gauche sont restés, au global, identiques à ceux d’avant l’expérimentation ;

-     les temps de parcours spécifiques à la rive gauche de Bordeaux se sont sensiblement améliorés, avec une meilleure fluidité sur des axes majeurs comme les quais ou le cours Victor Hugo,

-     les temps de parcours internes à la rive droite se sont dégradés, du fait notamment des difficultés rencontrées sur le pont Mitterrand. Un pic de congestion a été atteint fin octobre, avant les vacances de la Toussaint. Depuis la mi-novembre cependant, les temps de parcours sont en voie d’amélioration sur tous les itinéraires considérés.