Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

La propreté, un bien commun

Déchets - Recyclage -
Communiqué de presse

Publié le 5 décembre 2017

Bordeaux Métropole et la Mairie de Bordeaux déploient, à compter du mercredi 6 décembre, une campagne de communication ciblée sur les incivilités en matière de propreté. Images « choc » à l’appui, cette campagne a vocation à faire évoluer les comportements.

Dépôts sauvages, bacs débordants de toutes parts, verre brisé, mégots, mictions et déjections diverses… Nous sommes tous confrontés à des incivilités en matière de propreté, au détour d’une rue, dans les quartiers que nous fréquentons au quotidien. C’est pourquoi Bordeaux Métropole a jeté les bases d’un plan ambitieux d’amélioration de la propreté de l’espace public. Des moyens supplémentaires alloués au nettoyage des rues, des campagnes récurrentes de sensibilisation et des contrôles accrus, sont les piliers de cette opération qui a vocation à améliorer la qualité de vie de tous.

Premier acte à compter du mercredi 6 décembre, avec l’apparition des deux premiers visuels d’une campagne de communication qui se déclinera au total en 7 affiches, 4 à 6 vagues d’affichage étant prévues par an. Cette campagne de communication sera déployée sur le réseau d’affichage tramway de Bordeaux Métropole et le réseau d’affichage de la mairie de Bordeaux, implanté sur la voie publique. Les deux premières affiches traitent du « sujet » des bris de verres sur la chaussée et des dépôts sauvages.

Dépôts sauvages, encombrants, bacs non rentrés, déjections canines, bris de verres sur la chaussée, mégots sur les trottoirs, mictions sur la voie publique : globalement, cette campagne montre du doigt les principales nuisances vécues par chacun au quotidien et, en contrepartie, l’éventail des sanctions possibles. « Votre ville ne mérite pas ça, vos voisins non plus » et « Notre ville n’est pas votre poubelle », les messages qui seront martelés à cette occasion insisteront sur l’idée d’une responsabilité partagée, en matière de propreté de l’espace public.