Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Eau : préparer l'avenir au bénéfice du service et des usagers

-
Communiqué de presse

Publié le 28 février 2013

La Communauté urbaine de Bordeaux vient de mettre en place une délégation du service public de l'assainissement qui constitue un véritable progrès par rapport au précédent contrat : plus courte, plus exigeante et moins chère. Elle confirme l'orientation du passage en régie de l'ensemble du service de l'eau et de l'assainissement à l'horizon 2018.

La Cub s'est également attelée, depuis 3 ans, à une réforme du contrat de concession du service de l'eau pour l'adapter aux enjeux de solidarité, de préservation de la ressource et d'ouverture attendus par les usagers.

La Communauté urbaine de Bordeaux vient de mettre en place une délégation du service public de l'assainissement qui constitue un véritable progrès par rapport au précédent contrat : plus courte, plus exigeante et moins chère. Elle confirme l'orientation du passage en régie de l'ensemble du service de l'eau et de l'assainissement à l'horizon 2018.

La Cub s'est également attelée, depuis 3 ans, à une réforme du contrat de concession du service de l'eau pour l'adapter aux enjeux de solidarité, de préservation de la ressource et d'ouverture attendus par les usagers.

Ce travail s'est appuyé sur un important processus de concertation et a posé le cadre d'un engagement vers la régie en prévoyant dans un premier temps les conditions de reprise en mains progressive du service par la Cub. Ce travail a également débouché sur un résultat positif pour l'usager : baisse des prix pour les petits abonnés (jusqu'à 50 € d'économie pour une facture type de 120m3) ; amélioration de la qualité du service, affirmation du rôle de l'autorité délégante et création des conditions d'un contrôle renforcé du délégataire... Tout au long de ce processus, la Communauté urbaine s'est particulièrement attachée à éviter de se placer en situation de risque juridique et financier et a sollicité l'avis des différentes autorités compétentes, à chaque étape. Les conséquences de ces évolutions pour les personnels du service et les usagers ont fait l'objet d'une attention constante pour qu'elle soit pour eux transparente et sans impact.

A ce stade, Trans'Cub qui revient sur la délibération de 2006 (avenant 7 au contrat de concession de l'eau potable) réouvre d'anciens débats sans apporter aucun élément nouveau. La Communauté urbaine s'est bien évidemment entourée des expertises nécessaires sur la question de la caducité du contrat qui la lie à Lyonnaise des eaux. Elle a pris la mesure des risques pouvant peser sur le service, le prix de l'eau et les usagers, comme le démontrent les jugements récents ayant financièrement sanctionnés les décisions de rupture de contrat insuffisamment étudiées.

La Communauté urbaine apportera en temps utile les réponses nécessaires à l'analyse de Trans'Cub, comme elle l'a toujours fait.