Partager sur facebook Partager sur twitter Imprimer la page Enregistrer la page en document PDF

Mobilité : les propositions de Bordeaux Métropole

Mis à jour le 24 novembre 2017

Dans le contexte des Assises de la Mobilité, Bordeaux Métropole a décidé de mettre sur la table plusieurs propositions concrètes.
Circulation sur la rocade bordelaise (c) Bordeaux Métropole

Ces dernières ont été pour l’essentiel présentées par Alain Juppé, à l’occasion du premier atelier territorial des Assises de la Mobilité, qui s’est déroulé le 24 octobre 2017, dans les murs de Bordeaux Métropole.

Améliorer la fluidité de la rocade

Concernant les grands projets d’infrastructure de transports, c’est l’état de la rocade qui donne le ton de la congestion sur l’agglomération. D’où la perspective de relancer la solution de l’adossement d’une partie de la rocade au réseau des concessionnaires autoroutiers (ASF et Atlandes), sans mise en place de nouveaux péages.

Une solution qui aurait la vertu d’accélérer le tempo des travaux sur plusieurs points névralgiques : mise à 2x3 voies de la section de rocade située entre les échangeurs 1 et 2, amélioration de l’échangeur 26 avec la RN 89 (échangeurs 2 à 26), mise à 2 x 3 voies de la section située entre la rocade et la section concédée de l’A 63 vers Bayonne…

Autres pistes de travail énoncées : 

  • l’instauration d’un péage « intelligent » ciblé sur les poids lourds en transit - il est désormais établi que ces derniers sont la principale cause de congestion de la Métropole bordelaise - pour financer les politiques locales de mobilité, en particulier les nouveaux projets Tramway et BHNS;
  • la relance du grand contournement par l’est avec l’étude de  plusieurs variantes (aménagement des routes départementales, réalisation d’un barreau autoroutier entre Langon et Mussidan éventuellement dédié aux seuls poids lourds) ;
  • le lancement d’un plan de développement du fret ferroviaire, le déploiement d’un réseau ferroviaire d’agglomération et, évidemment, la poursuite de la LGV vers Toulouse et Dax, puis vers la frontière avec l’Espagne…

La réalisation de la branche sud du GPSO constitue à cet égard une opportunité pour développer le trafic de fret ferroviaire sur le corridor atlantique et réduire ainsi la circulation des poids lourds et la rocade…

Un nécessaire changement des comportements

Sont avancées différentes propositions en matière :

  • de développement du covoiturage et de l’autopartage,
  • d’incitation à l’usage du vélo,
  • d’évolution vers des mobilités plus propres,
  • de stationnement,
  • de simplification de la réglementation (voirie, logistique, procédures...)
  • Amélioration de la gouvernance des transports (régionalisation des grands ports maritimes, syndicats mixtes à l’échelle des bassins de mobilité)
  • Développement de réseaux de cars Express, afin de répondre à moindre coût avec un maximum d’efficacité aux demandes de déplacements entre les zones périurbaines et rurales et le cœur de la Métropole. Citée en référence, la ligne Dourdan - Massy transporte par exemple aujourd’hui plus de 3 000 voyageurs / jour en Essonne.

Lire l'article de Sud Ouest et l'interview du président de la Métropole

Actualités

Voir toutes les actualités